Vincent De Wolf (MR) : “Il n’est pas anormal que ça soit un Bruxellois qui remplace Didier Reynders”

Vincent De Wolf (MR), bourgmestre d’Etterbeek et député bruxellois, a répondu aux questions de Jean-Jacques Deleeuw dans L’Interview, ce mardi à 18h15 sur BX1.

Vincent De Wolf est d’abord revenu sur les départs de Didier Reynders et de Charles Michel vers l’Europe. “C’est une décision qui s’est prise à un niveau extérieur à la Belgique dont nous sommes évidemment tout à fait heureux”, affirme-t-il. “La compétence internationale de Didier Reynders est reconnue. Par ailleurs, il fallait désigner quelqu’un dans les délais. Cela aurait été une faute, je trouve, que le gouvernement ne désigne pas cette personne. C’est donc aussi le hasard des élections et les personnalités concernées qui font de manière justifiée que ça s’est fait.”

A la question de savoir si c’est un Bruxellois qui doit remplacer Didier Reynders au gouvernement fédéral, le libéral se veut prudent. “D’abord, c’est une prérogative du président et en ce qui concerne les équilibres, je dirai simplement qu’il n’est pas anormal que ce soit une ou un Bruxellois.e qui remplace Monsieur Reynders.” Et lorsqu’il lui est demandé si c’est à lui de reprendre cette fonction, Vincent De Wolf répond : “Je ne cours pas derrière une fonction ou derrière un mandat. J’ai fait une élection communale qui a été vraiment réussie. J’ai encore augmenté fortement mon score de voix personnelles après un certain nombre de mandats, ce qui crée quand même une sympathie, un ancrage dans l’exercice de ma fonction. J’ai été très heureux aussi en tant que chef de groupe au parlement et je pense avoir acquis là une crédibilité. Pour le reste, je participerai comme vice-président du parti à la réflexion de la stratégie car exercer une fonction, c’est bien. Améliorer la situation des citoyens, c’est beaucoup mieux. C’est ça ma préoccupation principale.”

► Lire aussi notre édito du jour: Rue de la Loi : les libéraux bruxellois préparent déjà l’après Reynders (J+94)

Le député bruxellois a également été interrogé sur la colère des pompiers face aux multiples agressions dont ils ont fait l’objet ces derniers jours. “Je pense que le gouvernement bruxellois par rapport à ça n’aurait pas du être aussi mièvre. On parle de quelqu’un qui subit une agression pendant son travail. Il faut tout de suite indiquer qu’on va l’aider sur le plan de l’assistance judiciaire et juridique, et se constituer partie civile dans l’hypothèse où l’auteur des faits peut être retrouvé. Un retour clair de l’autorité en leur faveur au niveau d’un soutien me paraît essentiel. Je pense que c’est une pierre dans le jardin du gouvernement précédent et ça commence déjà mal avec celui-ci aussi”, estime-t-il.

Enfin, le bourgmestre d’Etterbeek s’est exprimé sur sur la rentrée scolaire et le décret inscription: “Nous sommes contre le décret inscription. Aujourd’hui, on a lu que des jeunes sont encore sans école. Ce n’est pas un système qui crée une égalité dans l’accès à l’enseignement. Donc pour nous, c’est un mauvais système. A titre personnel, je trouve que ça devrait être la fin du décret inscription.”

Retrouvez l’intégralité de L’Interview de Vincent De Wolf dans notre replay

Durant l’été, retrouvez L’Interview du mardi au vendredi à 18h15 sur BX1.

Partager l'article

27 août 2019 - 19h26