Rue de la loi : la campagne électorale démarre… voici les temps forts

C’est désormais l’effervescence.  Dans les partis politiques, pour les dirigeants de parti comme pour les candidats de base, qu’on soit d’une grande ou d’une petite liste, on est entré dans les derniers préparatifs. De tous les côtés, on annonce ces derniers jours les ralliements ou les candidats d’ouverture (Olivier De Schutter pour Ecolo, Michel De Maegd pour le MR ou Delphine Chabbert pour PS), les come-back (Sabine Laruelle à Namur), les soutiens (qui poussera quelle liste, la dernière place étant considérée comme prestigieuse et  parfois aussi convoitée que la 5ieme ou 6ieme).  Les listes sont donc déjà presque complètes. Il faut dire qu’il est minuit moins cinq.

Le 22 mars, c’est vendredi, les partis qui veulent protéger leur nom et leur logo au niveau national devront en faire la demande dans la matinée au ministre de l’intérieur.  A midi, ce ministre (depuis la démission de Jan Jambon c’est Pieter De Crem, CD&V) procède à un tirage au sort. On saura qui du PS, d’Ecolo, du MR ou des partis flamands, aura le numéro 1, le numéro 2, etc.

Une semaine plus tard, le vendredi 29 et le samedi 30 mars, toutes les listes doivent avoir déposés leurs actes de présentation. Pour qu’une liste puisse se présenter il faut qu’elle bénéficie de la signature soit d’un parlementaire sortant, soit de 500 électeurs de la circonscription concernée. Ces signatures doivent avoir été vérifiées auprès de la maison communale. Un casse-tête pour les petites formations ou ceux qui se présentent pour la première fois. Le lundi 1er avril, une première liste provisoire des candidats sera publiée par le bureau principal de chaque circonscription, mais des recours ou des contestations sont encore possibles.

Ensuite on tirera au sort le numéro des petites listes, celles qui n’ont pas de numéro national. Ce sera le 4 avril pour les élections européennes , le 5 pour les élections législatives et  régionales. La liste officielle et définitive des candidats sera publiée le 16 avril, nous serons 40 jours avant l’élection.

Ça c’est pour la partie administrative.

Pour la partie politique, on s’attelle en parallèle à rédiger un programme. Le PS et Ecolo ont adopté les leurs lors d’un congrès ce weekend, le MR le fera le 24 mars, le CDH fermera la marche le 6 avril. Une fois le programme adopté il s’agira de le faire connaitre. Par l’intermédiaire des médias, mais aussi sur les marchés, dans des réunions, en faisant du porte à porte. En expliquant à l’électeur qu’il votera trois fois le même jour : pour l’Europe, la Chambre et sa région.

Cette année tous les partis doivent intégrer la période des vacances de Pâques. Du 8 au 21 avril, ce sont les vacances scolaires, période pendant laquelle l’électeur aura plus envie de connaitre le temps qu’il fait à Dinant ou à la côte que de disserter sur le budget disponible pour les voitures de société, l’offre de transport, le nombre d’emplois créés ou les programmes scolaires. Ça veut dire que la dernière ligne droite de la campagne démarrera vraiment le 22 avril. Or, 5 semaines pour faire campagne c’est court. Surtout quand le débats à la radio et à la télévision mobilisent la plupart des têtes de listes dans les 2 dernières semaines. Les partis  qui souhaitent marquer les esprits doivent donc le faire avant.  C’est pour cela que la campagne commencent maintenant. Une grande aventure qu’on vous proposera désormais de décoder jour après jour sur BX1.

Retrouvez une nouvelle chronique Rue de la loi, du lundi au vendredi vers 17h00 sur BX1.be

Partager l'article

18 mars 2019 - 16h55