Découvrez   

Rudi Vervoort sur le déconfinement : “L’objectif est que chaque Belge ait plusieurs masques”

Rudi Vervoort (PS), ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale, était l’invité politique de Fabrice Grosfilley dans Toujours + d’Actu, ce mardi sur BX1+.

Si le cahier des charges de l’achat des masques est “finalisé”, comme l’annoncent Rudi Vervoort à notre micro, il confirme qu’aucune date ne peut être précisée concernant l’arrivée de ces masques car “le marché est saturé“. “Mais chaque citoyen peut également réaliser soi-même ces masques de confort, ce ne sont pas les mêmes préceptes que les masques FFP2 ou autres masques chirurgicaux”, rappelle-t-il. “Ce seront les communes qui s’occuperont de distribuer les masques quand la Région les recevra. (…) L’objectif est que chaque Belge ait plusieurs masques, car il faut bien les utiliser, et les changer au fil de la journée”.

Lire aussi : Le gouvernement bruxellois débloque 22,5 millions d’euros pour le secteur du social et de la santé

Concernant le traçage des personnes infectées par le Covid-19 durant la phase de déconfinement, Rudi Vervoort précise les modalités de la mise en œuvre de ce traçage : “Le tout sera régulé par le fédéral, ce sera pleinement opérationnel au plus fort de sa capacité d’ici le mois de juin”, a-t-il confirmé.

Concernant les mesures de déconfinement, Rudi Vervoort justifie la décision de ne pas autoriser les visites chez les proches plus tôt. “Les experts considèrent que c’était un risque encore trop grand de mélanger des générations, même de la même famille, pendant de longues heures dans un lieu confiné. La proposition initiale était de proposer des rencontres en extérieur jusqu’à 10 personnes. Cela nous a semblé excessif et nous sommes donc passés à des rencontres de deux personnes au maximum”, explique-t-il. “Concernant la réouverture des commerces, la prochaine semaine sera cruciale puisque le GEES va dévoiler vendredi les conditions strictes pour la réouverture des différents commerces, destinées à assurer la sécurité des uns et des autres. Il faut également un accord entre les partenaires sociaux pour permettre cette réouverture”.

■ Interview réalisée par Fabrice Grosfilley dans Toujours + d’Actu.

Partager l'article

28 avril 2020 - 14h15
Modifié le 29 avril 2020 - 07h28