Friche Josaphat : “Le nouveau PAD, c’est une avancée, mais certainement pas suffisante”

Ce jeudi, un nouveau plan d’aménagement directeur (PAD) a été avalisé par le gouvernement bruxellois. Il prévoit notamment la diminution du nombre de logements de 1600 à 1200  sur cet espace situé à la frontière entre Schaerbeek et Evere. Le Collectif Sauvons la friche Josaphat, dispose d’un avis mitigé sur cette nouvelle étape du dossier. 

Au micro de Fabrice Grosfilley dans Toujours + d’Actu, Catherine Seigneur du Collectif Sauvons la friche Josaphat, dit prendre acte du communiqué de la région. “Dans celui-ci, on parle d’une emprise au sol réduite d’à peu près 17%. Pour nous, ce n’est pas du tout suffisant” explique-t-elle. “De notre point vu, le gouvernent n’a pas encore pris conscience des enjeux auxquels on fait face en termes de biodiversités“.

Mme. Seigneur dit comprendre que l’implantation de nouveaux logements est nécessaire. “En revanche, on voudrait sortir du clivage entre logement et biodiversité. Pas mal de gens ont fait des analyses et il y a beaucoup de logement vide à Bruxelles. Aussi, les architectes de I Love Josapaht ont prouvé qu’il y avait moyen de garder la friche en l’état et de mettre le nombre de logements que le gouvernement a prévu sur le site. Des plans B existent”.

Le nouveau projet tel qu’il est proposé est une avancée pour le Collectif, “mais est-elle suffisante par rapport aux enjeux environnementaux mondiaux ? Certainement pas. La partie de la friche que le gouvernent souhaite supprimer est celle qui dispose de la biodiversité la plus dense“, confie Catherine Seigneur.

Rédaction – Photo : SAU-MSI.brussels GlobalView

■ Une interview de Catherine Seigneur, membre du Collectif Sauvons la friche Josapaht au micro de Fabrice Grosfilley dans Toujours + d’Actu. 

Partager l'article

02 juillet 2021 - 15h24
Modifié le 05 juillet 2021 - 12h41