Une Bruxelloise victime d’une agression raciste à Ninove : la police locale n’a pas enregistré sa plainte

Police Ninove - Illustration Belga Nicolas Maeterlinck

Nisrine, une Bruxelloise de 19 ans, a été victime d’une agression raciste et d’une tentative de meurtre à Ninove, près du magasin où elle travaille. Cette jeune femme a voulu porter plainte au commissariat de Ninove, mais les obstacles se sont enchaînés, à tel point que la victime a décidé de porter plainte à Laeken, où elle vit, rapporte Le Soir ce mardi.

Nisrine, une Bruxelloise de 19 ans portant le foulard, travaille dans un magasin de Ninove comme caissière. Selon son récit conté dans Le Soir, la jeune femme a d’abord été agressée verbalement par un homme d’une cinquantaine d’années au volant de son véhicule, sur un parking tout proche du magasin où travaille Nisrine. “Il a commencé à m’insulter : ‘sale pute’, ‘salope’, ‘retire ton voile de ta tête’, ‘casse-toi’… “, explique-t-elle. Nisrine explique ne pas réagir. Avant que l’homme lui crache au visage.

Face à cette agression, la jeune femme veut éviter que la situation prenne une tournure plus grave et se lève pour rejoindre le parking du magasin. Elle se rend alors compte que son agresseur, toujours au volant de sa voiture, fait marche arrière pour percuter Nisrine. “Je suis tombée sur mon côté droit. J’étais tellement sous le choc et j’avais mal, que je ne l’ai pas vu partir”, rapporte-t-elle. Touchée au visage, elle a également des hématomes au bras et au genou. Malgré cela, sous le choc, Nisrine a poursuivi sa journée de travail, avant de se rendre compte de la gravité des faits.

“Traités comme de la m…”

Elle décide le lendemain de se rendre au commissariat de Ninove, accompagnée de son père, pour porter plainte contre cet homme. Mais selon la jeune femme, “ils nous ont traités comme de la merde”. Elle dénonce notamment le fait que les policiers ne souhaitent pas prendre sa plainte tant que celle-ci n’avait pas d’attestation médicale pour ses blessures, ce qui n’est pourtant pas un requis dans le dépôt d’une plainte. “Ils m’ont dit qu’il fallait revenir avec une personne parlant néerlandais, parce que mon père leur parlait en français. Je leur ai répondu en néerlandais. Et le policier m’a répété ce qu’il avait dit en néerlandais”, déplore encore Nisrine, qui a alors décidé de quitter le commissariat.

Nisrine et son père sont allés déposer plainte au commissariat de Laeken, où ils sont domiciliés. “Ils nous ont vraiment bien écoutés”, dit Nisrine. La plainte a été enregistrée pour “tentative de meurtre” et “racisme”, précise le parquet de Bruxelles, qui indique que si une enquête est ouverte, ce sera auprès du parquet de Gand vu que les faits se sont déroulés à Ninove.

Comme le rappelle Le Soir, 50% des plaintes au Comité P ont été déposées pour “manquements dans l’exécution de la tâche”, soit la mauvaise exécution des tâches par des policiers.

“Abjecte”

Le monde politique n’a pas tardé à réagir à cette agression raciste. Sur Twitter, le président de DéFI François De Smet, a qualifié cette agression “d’abjecte”, avant de juger “interpellante” “la passivité” de la police de Ninove. “À force de laisser certains discours se banaliser, on en arrive à ça… Les propos et attitudes de certains en amènent d’autres à commettre ce genre de crimes et délits”, a déclaré le bourgmestre faisant fonction d’Evere Ridouane Chahid (PS). Alors que le député fédéral Khalil Aouasti (PS) interpelle la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden (CD&V) concernant des faits jugés “inadmissibles”.

“Il faut sérieusement se poser des questions sur la portée de certains discours qui alimentent les petits esprits racistes et islamophobes qui sont souvent prêts à passer à l’acte”, s’indigne pour sa part le député bruxellois Jamal Ikazban (PS).

Gr.I. – Photo : Belga/Nicolas Maeterlinck

Partager l'article

15 juin 2021 - 08h43
Modifié le 15 juin 2021 - 08h43