Plan Good Move : Anderlecht fait marche arrière

Ce mercredi, nous vous annoncions que le bourgmestre d’Anderlecht, Fabrice Cumps (PS), proposera à son collège de retirer le plan régional Good Move dans sa forme actuelle.

Anderlecht : Fabrice Cumps propose au Collège de retirer le plan Good Move dans sa forme actuelle

Sa mise en œuvre en juillet dernier a suscité de vives tensions à Cureghem, qui se sont répercutées notamment au cours de la dernière séance du conseil communal particulièrement agitée. Dans la rue, certains habitants ont même déplacé des blocs de béton installés pour empêcher le passage des voitures.

Notre reportage : Poteaux sciés, panneaux tagués… : le plan de mobilité de Cureghem n’obtient pas l’adhésion de toute la population

Le bourgmestre souhaite aujourd’hui rediscuter ce plan, dont l’objectif est de réduire le trafic de transit, avec les habitants. “On retire le plan dans sa forme actuelle et on le rediscute avec les habitants, dans les différents quartiers de Cureghem. L’erreur qu’on a faite, c’est qu’on a voulu embrasser un trop grand périmètre. Cela partait d’un bon sentiment mais nous avons visé trop large. Nous devons rediscuter maintenant à l’échelle des micro-quartiers de Cureghem pour pouvoir arriver à quelque chose qui fasse consensus pour tous.”

L’échevine de la Mobilité, Susanne Müller-Hübsch (Ecolo-Groen), menacée en ligne depuis l’installation du plan Good Move, nous avoue ce jeudi matin regretter la décision prise hier/mercredi par le bourgmestre. “Nous étions en pleine discussion et nous sommes d’ailleurs toujours en pleine discussion”, fait-elle savoir, même si elle assure être ouverte “à la question de revoir ce plan avec le quartier, et trouver ensemble des solutions aux problèmes qui se posent.”

La proposition est totalement approuvée par DéFi, l’un des partenaires de la majorité : “Nous ne pouvons pas non plus ne pas répondre aux citoyens qui sont en colère à Cureghem. C’est une colère légitime, il y a une pétition qui a circulé, qui a plus de 9000 signatures. Je pense aussi qu’il y a un moment où nous devons estimer que l’on a fait fausse route. Je pense que la consultation a été extrêmement faible et très orientée. On a fait une politique bulldozer que la population n’a pas admis, et c’est ça la démocratie“, estime Alain Kestemont, échevin de l’Urbanisme d’Anderlecht.

La fin de la zone appaisée de Cureghem devrait être actée mardi prochain par le collège. Un nouveau plan de circulation verra le jour, mais impossible de dire quand.

■ Reportage de Jean-Christophe Pesesse, Nicolas Scheenaerts et Loïc Rey

Partager l'article

22 septembre 2022 - 18h00
Modifié le 22 septembre 2022 - 19h29