L’étude d’incidences confirme que le projet du Métro 3 est le mode de transport le plus adapté

L’étude d’incidences affirme que ce futur métro, qui formera un axe long de 10,3 km et qui reliera Bordet (Evere) à Albert (Forest), est la meilleure solution. Elle approuve également la technique, l’emplacement des stations et le tracé proposé.

Le projet Métro 3 est le mode de transport le plus adapté pour répondre aux besoins de mobilité du nord de Bruxelles. La prochaine étape est d’obtenir la demande de permis de la 2e phase du projet, à savoir construire un tunnel de 4,5 km de long et y créer 7 stations plus un dépôt, annonce Beliris ce jeudi. Les plans sont attendus pour début 2022.

Cap sur la deuxième phase du projet M3

La deuxième phase se concentrera sur le creusement d’un tunnel, la création de 7 stations mais aussi d’un dépôt pour le remisage et l’entretien des métros. Plus de 1.100 recommandations ont été compilées dans l’étude d’incidences et ont fait l’objet de premières analyses. D’autres analyses s’ajouteront avant la réintroduction des plans dans le délai réglementaire de 6 mois.

Le métro est le mode de transport le plus adapté

Un groupement de bureaux d’études indépendants et agréés (ARIES et TRACTEBEL) a examiné le projet et ses alternatives. Si dans un premier temps, le renforcement du tram 55 en augmentant sa capacité ou en prévoyant un passage en site propre était une option, elle ne fut en fin de compte pas réalisable. Si le tram 55 ne sera pas renforcé, Brieuc de Meeûs, CEO de la STIB, explique tout de même cela ne signifie néanmoins pas “que le tram n’aura pas sa place dans les futurs plans, qui seront tous axés sur l’intermodalité“.

Créer un accès pour les PMR

Les recommandations formulées par l’étude d’incidences concernent principalement des améliorations pour l’environnement, la complémentarité avec les autres modes de transport et l’accès aux personnes à mobilité réduite (PMR) aux 7 stations et au dépôt.

► À lire aussi | La STIB adapte l’accès de ses trams depuis les quais aux PMR

L’étude propose également d’aménager des parkings sécurisés pour les vélos dans certaines stations, des toilettes PMR, d’installer deux ascenseurs par quai et réduire la lacune, à savoir la distance horizontale et verticle entre le nez du quai de métro et le plancher de la rame à hauteur de la porte. Certaines recommandations proposent par exemple de récupérer les eaux de pluie, de diminuer le rejet des eaux à l’égout ou encore de créer des toitures vertes et photovoltaïques à certains arrêts.

Aménager l’espace public en concertation avec les habitants et commerçants

Des recommandations sur l’aménagement de l’espace public aux abords des stations sont également formulées. Cédric Bossut, directeur de Beliris annonce; “l’aménagement de l’espace public sera envisagé en concertation avec les habitants et commerçants des quartiers“.

► Reportage | Métro 3 : les travaux sous les voies ferrées à la Gare du Nord démarrent

Quant aux nuisances des travaux, l’étude d’incidences recommande d’évacuer au maximum les déblais et matériaux de façon durable, mais aussi de prendre des mesures pour limiter l’impact des nuisances sur la vie des riverains.

Voir aussi | Travaux du métro 3 : Stalingrad, un projet de ville avec ou sans nous ?

Y. Mo. – Photo : Belga/Dirk Waem

Partager l'article

12 août 2021 - 14h00
Modifié le 12 août 2021 - 16h45