Les horaires des médecins assistants sont excessifs, selon l’auditorat du travail de Bruxelles

Ce mercredi, un hôpital de la Région bruxelloise a fait l’objet d’un contrôle inopiné de la part des inspecteurs du Contrôle des lois sociales, mandatés par l’auditorat du travail de Bruxelles, peut-on lire dans le journal Le Soir.

Si le nom de l’établissement en question n’est pas connu, il s’agit tout de même du quatrième hôpital bruxellois à faire l’objet d’un contrôle inopiné. Selon les premières conclusions des inspecteurs, le temps de travail des médecins assistants est excessif.

Des centaines de données saisies

Le contrôle a été réalisé par le Contrôle des lois sociales (CLS) avec l’appui de la Regional Computer Crime Unit (RCCU). Le magistrat titulaire du dossier à l’auditorat du travail de Bruxelles est également descendu sur les lieux et a participé au contrôle. Des centaines de données ont été saisies et feront l’objet d’une analyse. À priori, et sous réserve de l’analyse des données, il semble que des irrégularités sont à déplorer“, a déclaré l’auditorat.

Des contrats de travail réclamés

Le ministère public auprès du tribunal du travail insiste sur le fait qu’il est impératif que les médecins assistants puissent travailler dans de bonnes conditions. Mercredi, outre les données diverses saisies, les contrats de travail conclus avec les médecins assistants ont également été réclamés, afin de déterminer s’ils sont en conformité avec la législation du travail.

Plusieurs contrôles dans de nombreux hôpitaux

En juin 2021, de nombreux contrôles avaient été ordonnés dans de nombreux hôpitaux du pays par les autorités judiciaires compétentes en matière de droit du travail. Des dénonciations graves, nombreuses et concordantes, au sujet des conditions de travail des médecins assistants avaient poussé les magistrats à agir.

Duplex | Statut social des médecins assistants : une délégation a rencontré le cabinet Vandenbroucke

Elles faisaient état surtout d’un dépassement beaucoup trop important des heures de travail autorisées par la loi, dont les conséquences sur la santé de ces médecins, et indirectement sur celle de leurs patients, peuvent être irrémédiables.

Y. Mo. avec Belga – Photo : Belga

 

■ Les explications avec Camille Paillaud dans Le 12h30

Partager l'article

31 mars 2022 - 13h42
Modifié le 31 mars 2022 - 15h01