Alexander De Croo veut trouver une solution pour l’avenir d’Audi Brussels avant les élections

Le Premier ministre Alexander De Croo souhaite avancer “très vite” et boucler le dossier pour garantir l’avenir d’Audi Brussels avant les prochaines élections, a-t-il déclaré lors de la première réunion du groupe de travail avec des représentants des différents gouvernements et d’Audi, mais en l’absence des syndicats.

Il y a deux semaines, la direction de l’usine d’assemblage de Forest avait annoncé le non-renouvellement des contrats des 371 intérimaires actifs sur le site à partir du 8 avril, jour de reprise de l’activité sur le site après trois semaines d’interruption. Par ailleurs, le site ne construira plus le successeur de l’actuel modèle Q8 e-tron après 2027.

L’objectif du groupe de travail est d’élaborer un dossier pour le constructeur automobile afin que des voitures sortent encore de l’usine après cette date. “La production d’un modèle jusqu’en 2027 est garantie, mais la question est de savoir ce qui se passera ensuite. Cette décision sera prise en novembre“, a expliqué M. De Croo avant le début de la réunion, au 16, rue de la Loi. “Nous devons nous assurer que notre dossier est prêt à temps pour mettre en avant nos atouts et voir ce sur quoi nous devons travailler“.

Relire | Audi Forest : le travail a repris en effectif réduit, une “task force” se réunira ce vendredi

“Une usine compétitive”

Le Premier ministre a souligné qu’Audi Brussels est une usine compétitive et un “pionnier des véhicules électriques”. “Il y a énormément d’expertise ici“, a-t-il commenté. Il a également souligné le fait que l’usine, qui emploie près de 3.000 personnes, est compétitive par rapport aux usines allemandes, notamment en termes de coûts salariaux. D’autre part, il a reconnu une offre surnuméraire dans le secteur automobile européen.

Le chef de gouvernement a déclaré que la logistique autour de l’usine pourrait être améliorée, l’usine de Forest étant fortement dépendante du transport ferroviaire.

M. De Croo souhaite avancer très rapidement en vue d’une “déclaration d’intention”. Il souhaite que le groupe de travail se réunisse “au moins une fois et de préférence deux fois” avant les élections du 9 juin. “Il serait bon qu’un dossier soit prêt avant ces scrutins.

Outre le Premier ministre, le groupe de travail réunit le ministre fédéral de l’Économie et du Travail Pierre-Yves Dermagne (PS), le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS), le ministre flamand de l’Économie et du Travail Jo Brouns (CD&V), le vice-ministre-président wallon en charge de l’Économie Willy Borsus, ainsi qu’une délégation d’Audi Brussels, parmi laquelle le CEO Volker Germann et le responsable de la planification stratégique chez Audi, Karl Meier. Les syndicats, pour leur part, n’ont pas été conviés à cette première réunion.

La rencontre a finalement duré environ une heure et demie. Les participants se réuniront à nouveau début mai, a indiqué le cabinet du premier ministre. Dans l’intervalle, les ministres du travail vont commencer à travailler sur certaines pistes.

Reportage de Charlotte Verbruggen, Karim Fahim et Hugo Moriamé

Partager l'article

12 avril 2024 - 18h25
Modifié le 13 avril 2024 - 11h10