Philippe Close évoque un ‘plan Marshall communal’ pour le secteur culturel

Interrogé, ce mercredi, dans “Toujours + d’Actu” sur BX1+, Philippe Close (PS), bourgmestre de la Ville de Bruxelles, a évoqué la distribution des masques, le secteur de la culture et la ‘haie de déshonneur’ envers Sophie Wilmès au CHU Saint-Pierre.

Près de 132.000 masques ont été distribués aux habitants de la Ville de Bruxelles, explique Philippe Close, “répartis en trois catégories afin de les donner à ceux qui en avaient le plus besoin, parce que certains s’en étaient déjà procurés. Pour les seniors, ils ont été livrés à domicile, les autres venaient dans les 17 maisons de quartier. On en a aussi distribué à notre personnel, c’était important comme employeur de protéger notre personnel“.

Le bourgmestre a également annoncé que la Ville de Bruxelles bénéficie encore d’une réserve de masques, “qu’on va mettre à disposition dans les maisons de quartier, au cas où les gens devaient l’avoir perdu, détérioré, qu’ils puissent renouveler leur masque“. Les habitants qui n’en auraient toujours pas reçu peuvent, dès lors, contacter la commune, ou passer dans leur maison de quartier dès lundi.

Quant à l’obligation du port du masque dans les zones commerciales, décrété dans d’autres communes bruxelloises, Philippe Close a déclaré “ne pas vouloir aller plus vite que la musique : je trouve que c’est important que nous donnions à notre population un message qui soit coordonné (…) On se fie aux consignes du Conseil National de Sécurité. S’il y a, à un moment donné, une position qui bouge, c’est ce qu’on fera [ rendre le port du masque obligatoire ]. On a intérêt, les 19 bourgmestres à Bruxelles, de montrer qu’on fonctionne vraiment d’une façon commune“.

Hervé Doyen : les communes ne doivent pas “brouiller le message“, mais à situations particulières, mesures particulières

Des commandes d’état pour les artistes

Concernant le secteur culturel, Philippe Close a annoncé que l’échevine en charge, Delphine Houba (PS), “est en train de le réunir pour trouver des propositions extrêmement concrètes pour lui permettre de fonctionner, et surtout pour rémunérer les artistes. C’est aussi important : on a sécurisé les institutions, donc maintenant il faut pouvoir trouver des solutions pour rémunérer les artistes“. Il évoque notamment “des commandes d’Etat, des commandes d’œuvres d’art pour les bâtiments publics, et l’espace public, mais aussi la commande de spectacles, notamment pour les écoles“, en partie au niveau communal, bien que le montant de ce “plan Marshall communal” n’est pas encore connu.

L’action au CHU Saint-Pierre n’était pas instrumentalisée

Philippe Close a également réagi à l’action qui a eu lieu samedi, lors de la visite de la Première ministre au CHU Saint-Pierre. Ainsi, des membres du personnel de l’hôpital avaient organisé une ‘haie de déshonneur’, tournant le dos à l’arrivée de Sophie Wilmès, réagissant aux arrêtés permettant une réquisition du personnel en cas de besoin. “Cet arrêté donnait vraiment l’impression que les gens n’étaient pas prêts à se mobiliser, alors qu’ils ont fait tout l’inverse. Ces gens sont fatigués, épuisés, et on leur sort un arrêté. C’est de nouveau une erreur complète de compréhension par rapport à ce que sont les demandes du personnel soignant, et surtout de la reconnaissance qu’ils demandent“, évoque le bourgmestre socialiste, qui réfute tout instrumentalisation du personnel “C’est une action qui est partie de manière spontanée, je ne l’ai pas instrumentalisée du tout. J’ai juste prévenu la Première ministre de ce qui allait arriver. (…) Cette action n’est absolument pas instrumentalisée, ce n’est pas ma façon de fonctionner. D’ailleurs, le personnel de Saint-Pierre ne se laisse pas instrumentaliser, il sait ce qu’il a à dire“.

ArBr – Photo : BX1

 

Partager l'article

20 mai 2020 - 14h51