Le cinquième appel à projets d’économie circulaire marque un tournant pour Bruxelles

Le ministre bruxellois de l’Environnement, Alain Maron, et la secrétaire d’Etat régionale à la Transition économique, Brabara Trachte (Ecolo), ont donné le coup d’envoi jeudi soir de la cinquième édition de l’appel à projets d’économie circulaire Becircular, en présence de lauréats des premières éditions et de candidats.

Selon Barbara Trachte, en quatre ans, 122 projets pour Bruxelles ont été soutenus. Ceux-ci ont permis de créer 400 emplois. Grâce à BeCircular, de nombreuses activités circulaires ont vu le jour, que ce soit par la création de nouvelles entreprises ou la réorientation d’entreprises existantes. “Il faut à présent faire de cet archipel d’initiatives circulaires, un continent pour basculer l’économie bruxelloise en mode circulaire plutôt que linéaire, synonyme de mise en danger de toute la planète“, a souligné Alain Maron, à l’occasion de l’événement organisé à Tour et Taxis.

Selon Barbara Trachte, l’appel à projets BeCircular 2020 comporte plusieurs éléments pour passer à la vitesse supérieure. Il promet un soutien conséquent pour les entreprises âgées d’au moins trois ans, souhaitant développer, à l’échelle de la Région, une activité en économie circulaire. Il prévoit d’accompagner les entreprises bruxelloises déjà établies et souhaitant transformer leur activité existante vers une activité circulaire. Enfin, l’édition 2020 prévoit également un soutien de 10% pour les entreprises solidaires et démocratiques.

Pour Alain Maron, il importe à présent de faire de l’économie circulaire bruxelloise émergente, la norme. Le gouvernement s’attèlera donc aussi à activer la demande en biens et produits ou services circulaires, notamment par des marchés publics durables ou circulaires. Dans ce contexte, a souligné Barbara Trachte, les ministres bruxellois ont mis la transition économique au centre de leur stratégie, dès le premier sommet social de la législature organisé récemment. Il s’y sont engagés à développer une stratégie de transition de l’économie bruxelloise à l’horizon 2030, qui vise la décarbonisation de l’ensemble des secteurs, et renforce son soutien aux secteurs de l’économie circulaire et régénérative, de l’entrepreneuriat social et démocratique et de la digitalisation.

Cette stratégie prévoit notamment d’adapter les outils de soutien de l’économie pour faire en sorte qu’en 2030, seuls les modèles économiques exemplaires sur le plan social et environnemental bénéficieront encore du soutien public régional. Un deuxième axe porte que la convergence de tous les plans thématiques vers la transition économique. Cela implique d’accroître les collaborations et les synergies entre les institutions publiques régionales afin d’articuler et de coconstruire tous ces plans avec la transition économique en ligne de mire. Les secteurs économiques les plus impactants sur les changements climatiques seront particulièrement ciblés (bâtiment, commerce, alimentation, déchets et transport).

Belga (Photo : Belga/John Thys)

Partager l'article

20 février 2020 - 19h16