Uccle : le Conseil d’État rejette le recours de Marc Cools sur sa délégation de signature

Le Conseil d’État a rejeté ce lundi le recours de l’échevin de l’Urbanisme d’Uccle Marc Cools à l’encontre du bourgmestre Boris Dilliès (MR) : l’échevin estimait que le retrait de sa délégation de signature pouvait ralentir le travail au sein de son service, ce que le bourgmestre conteste.

Depuis le 13 mars, l’échevin de l’Urbanisme Marc Cools ne peut plus signer de documents officiels relatifs à son statut d’échevin, sur décision du bourgmestre Boris Dilliès, principalement suite au départ de Marc Cools du MR ucclois. Ce dernier se présentera normalement sur une liste indépendante lors des prochaines élections communales, le 14 octobre.

Pour contrer cette décision, Marc Cools a déposé, le 22 mars, un recours en extrême urgence devant le Conseil d’État contre le retrait de sa délégation de signature. Selon l’échevin, cette décision allait ralentir le travail au sein de son service et l’homme s’estimait victime d’une atteinte à l’encontre de son honneur et de sa réputation.

Finalement, le Conseil d’État a rendu son avis ce lundi et rejeté le recours de Marc Cools, comme le révèle La Capitale. L’échevin a toujours la possibilité de déposer un recours en annulation, mais celui-là ne peut se faire en extrême urgence. La décision pourrait donc intervenir dans plusieurs mois seulement.

Gr.I. – Photo : BX1

Partager l'article

03 avril 2018 - 13h34