Le choc Standard-Anderlecht interrompu définitivement suite à des lancers de fumigènes

La rencontre de la 4e journée des playoffs I du championnat de Belgique entre le Standard et Anderlecht a été arrêtée définitivement par l’arbitre Erik Lambrechts, après une demi-heure de jeu, ce vendredi soir en raison de jets d’objets et de fumigènes sur le terrain.

La partie avait été interrompue déjà à deux reprises en raison de jets de fumigènes. Le Standard menait alors 2 à 0 grâce à Marin (22e) et Mpoku (30e) sur un penalty validé par le VAR, la video assistance, menant à l’exclusion de Kara pour une deuxième carte jaune côté anderlechtois. Juste après le penalty, l’arbitre a arrêté la rencontre une troisième fois, et donc de façon définitive. Le mécontentement est vu du côté des supporters anderlecthois qui ont continué à lancer des fumigènes malgré les appels au calme de leurs joueurs Sven Kums, le capitaine et Kara Mbodji en tête. Lorsque l’arbitre a renvoyé les deux équipes définitivement au vestiaire, le Standard menait donc 2 à 0 grâce à Razvan Marin (22e) et Paul-José Mpoku sur penalty (30e).

Sur le plan sportif, après le couac au Club Bruges, Preud’homme avait pris le risque de jouer sans attaquant. Il avait envoyé Renaud Emond sur le banc en compagnie de Luis-Pedro Cavanda, leur préférant Alen Halilovic et Collins Fai. Fred Rutten avait lui modifié son dispositif en remettant Sebastiaan Bornauw et Ivan Santini dans l’équipe à la place d’Ivan Obradovic et Andy Najar. Le coach liégeois pensait avoir vu juste quand Halilovic a trompé Thomas Didillon d’une volée (6e). Après avoir accordé le but, Erik Lambrechts l’a annulé pour hors-jeu préalable du Croate. Entre-temps, les supporters d’Anderlecht avaient lancé des fumigènes, obligeant l’arbitre à interrompre le match pendant quelques minutes une première fois. Cette coupure n’a pas bloqué le Standard, qui a vu un tir de Halilovic sauvé sur la ligne par Kara Mbodji (20e). Dans la foulée, le défenseur sénégalais a concédé un coup franc, qui a permis à Marin d’ouvrir la marque (22e, 1-0). Anderlecht a réagi par Yannick Bolasie mais Guillermo Ochoa a démontré qu’il était costaud sur sa ligne (25e). Cela n’a pas amené le calme dans la tribune occupée par les fans mauves et la rencontre a une nouvelle fois été interrompue pendant dix minutes. Ce break n’a pas fait du bien à Kara, qui a mis une semelle à Mousa Djenepo dans le rectangle. Le défenseur a pris une deuxième carte jaune et Mpoku a transformé le penalty (30e, 2-0), après intervention du VAR.

Pendant que Kara rejoignait le vestiaire, les supporters mauves ont recommencer à lancer des fumigènes sur la pelouse. L’arbitre avait prévenu qu’il arrêterait le match en cas de récidive et il a mis sa menace à exécution. Le club anderlechtois risque d’être poursuivi et de se voir infliger un score de forfait (probablement 5-0).

“Des décisions justes et sévères”

Je m’en doutais un peu“, explique le capitaine du Standard, Paul-José Mpoku. “Après ce que j’ai vécu avec les supporters à Zulte-Waregem, je sais ce que peuvent faire des supporters démontés“, a commenté le Liégeois sur Proximus 11. “C’est dommage de voir ça. Ce n’est pas à nous de prendre les décisions mais j’espère qu’elle seront justes et sévères pour ne plus que ça se reproduise. Je ne comprends pas comment on peut rentrer avec autant de pétards dans un stade. Cet arrêt du match est frustrant car on jouait bien et on avait marqué deux buts. Souvent Anderlecht a été au-dessus du Standard et on avait l’envie de les tuer pour les supporters mais on n’a pas pu le faire“.

La Pro League a également réagi sur les réseaux sociaux avec un tweet où elle “regrette la fin prématurée de la rencontre de ce soir en raison d’un usage irresponsable d’engins pyrotechniques. Les sanctions du règlement interne de la Pro League seront appliquées, de même que la procédure des instances du parquet fédéral“.

Nous n’approuvons pas les faits, mais la réaction des supporters est compréhensible. La frustration est très profonde. L’accumulation des déceptions et des humiliations a fait déborder le vase“, a expliqué Frank Eeckhout, membre du Fan Board de la RSCA, qui cherche une explication. “Nous avons déjà prévenu le club que cela pourrait arriver. Mais le club n’est pas à l’écoute de nos doléances. En octobre, nous avons sonné l’alarme pour la première fois après le match sur le terrain de Zulte Waregem (victoire 1-2, ndlr). Des promesses y ont été faites, mais elles n’ont en aucun cas été tenues pendant le mercato hivernal. Le malaise continue et en tant que supporter vous voyez votre club glisser de plus en plus bas. Il y a deux semaines, nous avons encore une fois averti le conseil d’administration, et maintenant c’est assez. On voulait une réunion avec le club la semaine dernière, mais on ne l’a pas eue.

Le bus des joueurs endommagé

Après les incidents d’hier soir, les joueurs du RSCA ont décidé de passer la nuit à Liège. Mais ce matin, des dégâts ont été constatés sur le bus de joueurs. Un journaliste de VTM Nieuws a filmé le conducteur du bus d’Anderlecht en train de mettre de l’adhésif sur une des fenêtres du véhicule. Des supporters du Standard seraient à l’origine de cette dégradation.

https://twitter.com/JarnoBertho/status/1116938851631734784?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1116938851631734784&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.lesoir.be%2F218215%2Farticle%2F2019-04-13%2Fles-joueurs-danderlecht-de-retour-neerpede-dans-un-bus-endommage-par-les

Source/Image: Belga

Partager l'article

13 avril 2019 - 11h30