Zineb El Rhazoui : “Les questions que je défends transcendent les appartenances politiques”

Zineb El Rhazoui, la journaliste franco-marocaine, autrice de “Détruire le fascisme islamique” est l’invitée de Jean-Jacques Deleeuw dans L’Interview.

La journaliste franco-marocaine vit sous protection policière depuis les attentats de Charlie Hebdo. C’est l’une des personnes les plus protégées de France et pour cause ses écrits ne plaisent pas à tout le monde. “Je suis une femme couverte de fatwa depuis 2009” Son passage à Charlie Hebdo l’a encore plus exposée explique-t-elle.

Ce qui dérange ses détracteurs selon elle : “le fait de défendre l’esprit de l’irrévérence de l’anti-cléricalisme par rapport à la religion islamique”, religion dont elle est issue. “L’islamophobie, pour moi, est une imposture intellectuelle qui a pour but de tuer dans l’œuf toute critique vis-à-vis de l’Islam” ajoute-t-elle.

Mercredi soir à la Foire du Livre de Bruxelles, le stand de l’éditeur de Zineb El Rhazoui a été saccagé. Un de ses ouvrages a été déchiré et une feuille où il est inscrit “sales fachos” a été posée sur la table. L’information a été confirmée par l’éditeur Ring sur sa page Facebook. L’acte de vandalisme se serait passé mercredi vers 23h45. Après ces faits, elle réagit : “Ça n’a jamais honoré personne de détruire des livres”. Les éditions Ring sont connues pour soutenir d’autres auteurs controversées, notamment des personnalités d’extrême droite, là-dessus l’autrice réagit : “Sur mon éditeur, moi je répond au contenu de mes livres (…) et je suis bien heureuse de trouver un éditeur qui accepte de me publier”.

“On ne choisit pas ses soutiens, j’ai reçu des soutiens de tous les bords politiques, les questions que je défend transcende les appartenances politiques” dit-elle encore, “c’est la preuve que ces questions sont des questions républicaines”. D’après Zineb El Rhazoui, il y a une “bien-pensance largement diffusée dans la scène culturelle française”.

 

Partager l'article

15 février 2019 - 13h21