Découvrez   

Nouveaux animaux de compagnie : la Région bruxelloise restreint la liste des reptiles pouvant être détenus

Les “nouveaux animaux de compagnie” ont, année après année, de plus en plus de succès auprès des Bruxellois : serpents, lézards, insectes, furets, etc. Au niveau des reptiles, la Région bruxelloise a pris la décision de réduire la liste des espèces qui peuvent être détenues dans la capitale. La limitation entrera en vigueur en juin prochain.

Cette nouvelle liste reprend désormais 422 reptiles, dont 249 lézards, 107 serpents et 66 tortues, qui peuvent être possédés en Région bruxellois. “Il existe plus de 11.000 espèces différentes de reptiles. C’est beaucoup ! Et de nombreux spécimens ne sont pas adaptés à la vie en captivité. Il faut assurer la protection de ces animaux. C’est pourquoi j’ai décidé de limiter le nombre d’espèces à 422“, explique Bernard Clerfayt (DéFI), le ministre en charge du bien-être animal à Bruxelles.

Détenir un animal exotique en captivité n’est pas chose aisée et requiert des connaissances, du temps, de l’espace et de l’argent. Il était donc temps de légiférer sur les espèces de reptiles autorisées en Région bruxellois afin d’encadrer au mieux la détention de ces nouveaux compagnons“, ajoute son cabinet.

L’objectif du ministre est de freiner les achats impulsifs, indique-t-il également.

La liste est consultable ici

Une liste de critères, et des conditions minimales

Afin de sélectionner quels reptiles pourront être détenus, et réaliser dès lors cette liste de 422 animaux autorisés en Région bruxelloise, le cabinet du ministre Clerfayt a fait appel aux experts de la Commission bruxelloise des parcs zoologiques. Ceux-ci se sont ainsi basés sur plusieurs critères : la facilité de la détention, l’accès à la nourriture, la taille de l’animal (qui doit être maniable), la vulnérabilité de l’espèce, la dangerosité pour l’être humain, et la disponibilité d’informations détaillées sur la détention de l’espèce.

De même, “pour renforcer la protection animale, il faut définir des normes de détention. Pour la première fois, nous avons joint à la liste des reptiles, les conditions de détention minimales afin de garantir le bien-être de ces animaux qui nécessitent des aménagements spécifiques“, indique Bernard Clerfayt. Parmi ces normes, on retrouve notamment l’éclairage du terrarium, la ventilation, l’alimentation et l’eau, ainsi qu’un hébergement correspondant aux besoins de l’espèce en question.

À partir du 1er juin 2021

Cette liste rentrera en vigueur au 1er juin 2021.

À partir de cette date, les Bruxellois qui souhaitent détenir une espèce ne figurant pas parmi les 422 spécimens devront introduire une demande d’agrément auprès de Bruxelles Environnement“, indique le cabinet du ministre bruxellois.

Pour ceux qui possèdent déjà un reptile d’une des espèce qui n’est pas reprise dans la liste de celles autorisées, “les Bruxelles propriétaires de reptiles ne figurant pas sur la liste pourront les garder à condition de prouver qu’ils les possédaient avant l’entrée en vigueur de la liste des reptiles“.

ArBr – Photo : BX1 (illustration/archives)

Partager l'article

29 novembre 2020 - 12h30
Modifié le 29 novembre 2020 - 12h54