Magasins Match et Smatch : 210 emplois menacés suite à un plan de transformation

Supermarché Match Forest - Google Street View

Match et Smatch (groupe Louis Delhaize), en difficulté, ont adopté un projet de plan de transformation visant “à redynamiser les deux enseignes” et passant par la fermeture potentielle de 16 magasins et la suppression de 210 emplois, a-t-on appris mardi. Une enveloppe de 40 millions d’euros d’investissements est prévue en parallèle.

Les deux enseignes de supermarchés Match et Smatch affichent des résultats nets négatifs depuis 2013 et qui ne cessent de baisser. En 2018, le résultat net a atteint -22 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 409 millions d’euros. “Cette situation critique s’explique en partie par les nombreux défis et les changements profonds auxquels le secteur fait face ces dernières années. La concurrence s’est à la fois intensifiée et diversifiée, avec l’arrivée de nouveaux acteurs sur le marché belge. La consommation est également globalement en baisse depuis plusieurs années”, explique la direction dans un communiqué.

À cela s’ajoutent “d’autres défis propres aux enseignes Match et Smatch” qui pèsent sur leur rentabilité, “notamment des investissements conséquents qui doivent être réalisés pour s’adapter aux nouveaux types de consommation et moderniser les magasins existants”. “Ce plan de transformation est vital, ne rien faire serait irresponsable”, insiste le CEO Stéphane de Rango, cité dans le communiqué.

Dans ce contexte, la direction des deux enseignes envisage la fermeture potentielle de sept magasins Match (Dinant, Erquelinnes, Eupen, Jodoigne, Moustier-sur-Sambre, Nivelles et Spa), la fermeture potentielle de neuf magasins Smatch (Ertvelde, Deinze, Ingelmunster, Jupille, Coxyde, Ougrée, Merchtem, Waarschoot, Zomergem) et la réduction du nombre d’employés de la centrale. Ces mesures pourraient affecter 210 employés (146 pour les magasins Match et Smatch et 64 à la centrale) sur un total de 2.500 personnes actuellement employées au sein des deux enseignes.

Sept magasins à Bruxelles

Parallèlement, la direction veut mettre en place un plan de relance sur trois ans mobilisant, au total, une enveloppe de 40 millions d’euros, dont 16 millions dédiés au “relooking” des magasins. Ce plan verra également les magasins renouveler leur offre et miser sur le commerce en ligne. La phase d’information de la procédure de licenciement collectif a été lancée mardi. La direction assure qu’elle a la volonté de “limiter autant que possible” les licenciements secs.

Match et Smatch sont deux enseignes de grande distribution appartenant au groupe belge Louis Delhaize, qui détient également la marque Cora. Match compte 41 magasins en Belgique, Smatch 60, auxquels s’ajoutent 10 magasins franchisés. En Région bruxelloise, Match compte cinq magasins et deux supermarchés Smatch sont également installés.

Avec Belga – Photo : capture Google Street View

Partager l'article

03 septembre 2019 - 11h14