La loi Onkelinx sur les réquisitions d’immeubles symboliquement incinérée à Saint-Josse

La loi Onkelinx fête ses 25 ans aujourd’hui et des militants du droit au logement se sont rassemblés à Saint-Josse. Ils dénoncent le fait que cette loi n’ait jamais été appliquée.

Mardi matin, ils étaient une trentaine de militants du droit au logement, rassemblés devant l’ancien couvent du Gesu, à Saint-Josse pour brûler symboliquement le cercueil de la loi Onkelinx. L’endroit était à l’abandon depuis longtemps et a été occupé par environ 200 personnes sans abri et/ou sans papiers. Emir Kir, bourgmestre de Saint-Josse, avait réclamé leur expulsion en novembre 2013. Aujourd’hui, les bâtiments sont encore vides, comme le rappelle la RTBF.

En 1993, la “Loi Onkelinx” prévoyait que le bourgmestre dispose, à partir de la mise en demeure aupropriétaire, d’un droit de réquisition de tout immeuble abandonné depuis plus de six mois afin de le mettre à la disposition des personnes sans-abri. Mais à cause de sa complexité elle s’est révélée pratiquement inapplicable.

Les militants ne veulent pas d’une nouvelle loi mais ils espèrent une action populaire.

► Reportage de Jean-Christophe Pesesse et Béatrice Brouthout

 

Partager l'article

08 janvier 2019 - 13h27