La Ligue Braille dénonce : trop de freins à l’emploi pour les personnes aveugles et malvoyantes

Les personnes aveugles ou malvoyantes à la recherche d’un emploi sont encore confrontées à de nombreux obstacles, selon une enquête de la Ligue Braille, publiée mardi. Il s’agit notamment de problèmes de mobilité, de préjugés, d’une connaissance insuffisante du handicap ou d’un environnement de travail inadapté. Un accompagnement ajusté est nécessaire, estime la Ligue.

Au total, 3.631 formulaires ont été envoyés à des personnes aveugles ou malvoyantes âgées de 17 à 55 ans. 512 personnes ont participé, dont une sur cinq indique rechercher un emploi.

Comme frein à l’emploi, les répondants pointent surtout la mobilité (42,75%). Un sur cinq éprouve également le sentiment de ne pas avoir les compétences adéquates par rapport au marché de l’emploi. Plus d’un quart font également état d’autres obstacles dans des réponses ouvertes, dont la moitié souligne particulièrement la méconnaissance ou les préjugés de l’employeur et/ou des collègues par rapport au handicap en général et au handicap visuel en particulier.

“Si vous recevez l’opportunité de démontrer vos capacités, vous devez être au moins trois fois plus performant que vos collègues sans handicap”, indique un participant à l’enquête. Le fait que tous les lieux de travail ne soient pas adaptés au handicap visuel représente également un problème.

Des services d’accompagnement spécialisés dans le handicap visuel sont indispensables, conclut la Ligue Braille. Si près de 60% des répondants qui cherchent un emploi le font sans aide extérieure, 34,08% souhaiteraient un accompagnement adapté.

Avec Belga – Photo : Belga/Benoît Doppagne

Partager l'article

27 novembre 2018 - 15h54