Le président du parti Islam, Abdelhay Bakkali Tahiri, licencié par Bruxelles Propreté

Le président du parti Islam, Abdelhay Bakkali Tahiri, a été licencié par l’agence bruxelloise Bruxelles Propreté, révèlent nos confrères de la RTBF. Il y travaillait comme brigadier depuis 9 ans.

Le président du parti Islam, Abdelhay Bakkali Tahiri, a été licencié le 26 juin dernier par l’agence bruxelloise Bruxelles Propreté sans indemnité, selon lui. Il y travaillait comme brigadier depuis 9 ans. Plusieurs événements ont amené l’entreprise à le licencier, peut-on lire sur la RTBF.

Premier élément: un examen qu’il passe en 2017, Abdelhay Bakkali Tahiri souhaitant devenir chef des brigadiers. Pour ce faire, il doit réaliser une mise en situation avec une examinatrice. Mais l’homme refuse tout contact physique avec elle, ce qui est mal vu du jury et des ressources humaines. Il n’obtient donc pas le nouveau poste.

Deuxièmement, lors d’une interview en avril 2018 avec la chaine RT France, il justifie les actes de Redouane Ahrouch, cofondateur du parti Islam, qui a refusé de regarder l’ancienne journaliste Emmanuelle Praet dans les yeux, sur le plateau de RTL TVi. Ce dernier a d’ailleurs été licencié par la Stib un mois plus tard.

Ensuite, on le voit dans une vidéo de 2014 distribuer des tracts électoraux alors qu’il porte sa veste de brigadier. Un comportement interdit par Bruxelles Propreté pendant le service de ses agents.

Mon licenciement est un licenciement politique à 100%“, a-t-il commenté à la RTBF. Selon lui, Bruxelles Propreté voulait déjà, dès 2014, “le mettre dehors“. Suite à son licenciement, Abdelhay Bakkali Tahiri a introduit un recours en extrême urgence au Conseil d’Etat, qui a été rejeté. Prochaine étape: un recours en annulation auprès du Conseil d’Etat.

Rédaction

Partager l'article

01 août 2019 - 11h00