Le Parlement francophone bruxellois valide le budget 2020 de la COCOF

Les députés francophones bruxellois ont donné vendredi leur feu vert au budget élaboré par les ministres de la Commission Communautaire française de Bruxelles. Celui-ci est affiché en équilibre à hauteur de 535 millions d’euros.

Vendredi, Barbara Trachte (Ecolo), ministre-présidente de l’institution francophone, a contesté les critiques d’absence de caractère de ce premier acte de concrétisation de la nouvelle majorité PS-Ecolo-DéFI, voire d’un simple prolongement du dernier budget de la majorité sortante, sans cap nouveau, que l’opposition MR, PTB et cdH avait dénoncés jeudi.

Pour Mme Trachte, l’entité en charge d’une série de matières sociales et culturelles en prise directe avec le quotidien de plus d’un million d’habitants de la capitale profitera, comme ceux-ci, des effets des premiers actes significatifs du décloisonnement voulu par la majorité. Celui-ci prend la forme d’un effort financier significatif et structurel de 14 millions d’euros produit par la Région pour la CoCof.

Cette dernière est et reste en outre le véhicule des investissements importants dans l’enseignement et les crèches, dans le contexte des réponses de la Fédération Wallonie-Bruxelles aux besoins liés au boom démographique et à la lutte contre la pauvreté. C’est ainsi qu’en 2020, sept nouvelles crèches offriront 440 nouvelles places sans but lucratif.

Outre les politiques croisées emploi-formation et les concertations étroites que cela implique entre Actiris (Région) et Bruxelles-formation (Cocof), le décloisonnement passe aussi par la mise en oeuvre du “plan social-santé intégré”. Celui-ci combinera le plan de promotion de la santé et de la politique ambulatoire de la CoCof, le plan santé de la Commission Communautaire Commune, ainsi que le plan de lutte contre la pauvreté commun à ces deux entités et à la Région bruxelloise. Des états-généraux seront organisés en commun au premier semestre 2020 pour lui donner corps, a encore dit en substance Mme Trachte.

La ministre-présidente a enfin souligné que derrière ces combats conjoints et entremêlés, il importait de voir la trame de la transition écologique dans ses composantes sociale, solidaire et démocratique, s’appuyant sur des “citoyens libres, émancipés et qui participent à la construction commune“.

Dans ce sens, il s’agit là d’un budget anti-austérité, a enfin dit Mme Trachte, à l’attention du PTB.

Belga

Partager l'article

20 décembre 2019 - 13h27