Découvrez   

La Stib se constitue partie civile dans le cadre d’une éventuelle fraude aux badges

À la suite d’un article paru samedi dans le journal La Capitale au sujet d’une éventuelle utilisation de badges frauduleux, la société de transport en commun bruxelloise Stib a lancé un audit interne et une enquête, selon une information de Bruzz confirmée mardi à Belga. La Stib a également déposé une plainte auprès du juge d’instruction et s’est constituée partie civile.

Nous avons déposé une plainte auprès du juge d’instruction et nous nous sommes constitués partie civile“, a indiqué la porte-parole de la Stib, An Van hamme. “L’enquête doit déterminer les faits. Si la fraude est confirmée, nous voulons éliminer le maillon faible éventuel du système et sanctionner les coupables.”

► À lire également : 44 guichets de la SNCB fermeront bien, mais des aménagements sont prévus

L’article de La Capitale mentionnait un témoignage anonyme qui faisait état d’une fraude aux badges au sein de la société. Un appareil pirate aurait été mis au point afin de dupliquer les badges professionnels de la Stib. Des dizaines d’agents l’auraient utilisé et se seraient rassemblés chez l’un d’eux durant leurs heures de travail au lieu d’être sur le terrain. Un langage codé aurait également été mis en place afin que les dispatcheurs ne contactent pas ces personnes durant leurs absences.

Belga – Photo : Belga

Partager l'article

23 février 2021 - 17h04
Modifié le 24 février 2021 - 01h30