Découvrez   

La Flandre et la Fédération Wallonie-Bruxelles se rapprochent autour de dossiers d’intérêt commun

La Flandre et la Fédération Wallonie-Bruxelles ont convenu mardi, à l’occasion d’une première réunion de travail entre leurs nouveaux ministres-présidents, de collaborer plus étroitement sur une série de dossiers d’intérêt commun dans les mois à venir.

Organisée à l’invitation du ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA), cette première rencontre officielle s’est déroulée dans une ambiance “chaleureuse et constructive“, selon les participants, ceux-ci ayant pris soin de laisser pour l’heure les sujets les plus sensibles de côté. “Si l’on a des divergences sur certains sujets, il y en a aussi aussi pour lesquels nous avons des convergences“, a insisté le ministre-président francophone, Pierre-Yves Jeholet (MR), lors d’une conférence de presse commune. “On veut donner le message qu’on peut travailler ensemble. Dans le contexte (politique) actuel, il est important d’initier ce genre de rencontre“, a-t-il défendu.

Des points de convergence

Cette rencontre a notamment permis aux deux ministre-présidents de discuter du partage entre fédéral et entités fédérées des recettes des futures licences 5G. Ils ont aussi également l’avenir d’une série d’accords de coopération noués entre la Flandre et la Communauté française qui viennent bientôt à échéance et que les parties entendent prolonger. Il en va ainsi d’un accord en matière de coopération culturelle qui vient à terme fin 2020, ainsi que celui passé entre la Flandre, la Fédération, la Région bruxelloise et la commune d’Ixelles au sujet du centre culturel Flagey.

Nous sommes contents de ces collaborations et notre volonté est de les poursuivre“, a assuré le ministre-président flamand, Jan Jambon (N-VA). Les deux entités ont aussi convenu mardi d’intensifier leur collaboration en matière d’échange de professeurs de langue natifs entre nord et sud du pays, tous deux confrontés à un problème de pénurie d’enseignants. Lancées en 2014, ces possibilités d’échange n’ont à ce jour pas vraiment suscité un grand enthousiasme auprès des enseignants. “Il n’y a qu’un seul enseignant sur la plate-forme d’échange. Ca ne fonctionne donc pas!“, a reconnu M. Jeholet, désireux de voir avec la Flandre ce qui peut et doit être amélioré à ce sujet.

Belga

Partager l'article

26 novembre 2019 - 13h44
Modifié le 26 novembre 2019 - 13h44