Découvrez   

La fermeture des guichets SNCB ne fait pas l’unanimité

La SNCB a annoncé ce lundi la suppression de 44 guichets dans le pays en 2021. Parmi eux, ceux de la gare de Jette. Depuis cette annonce les réactions fusent.

Si le Ministre de la Mobilité, Georges Gilkinet, a communiqué à la SNCB sa désapprobation face à la décision. De son coté, la Régionale CGSP CHEMINOTS de Bruxelles n’accepte pas non plus la suppression des guichets dans la gare ferroviaire de Jette située place Cardinal Mercier

Pour la régionale, cette décision est incompréhensible étant donné que le nombre de voyageurs qui transitent en gare de Jette s’élève à 3500 personnes par semaine. Pour CGSP CHEMINOTS de Bruxelles, la suppression des  guichets dans les gares, c’est une porte ouverte au vandalisme et aux fraudes. “Il en va du maintien d’un service public de qualité et de l’avenir du personnel de la filière vente, ce dernier ressentant de plus en plus le manque de perspectives d’évolution de carrière.

La CGSP Cheminots de Bruxelles demandera incessamment sous peu une réunion de concertation avec la Direction.

La SNCB se justifie

La SNCB justifie sa décision par la baisse structurelle des opérations réalisées au guichet. 75% des transactions, selon elle, seraient effectuées via des automates, l’application ou le site Web. “Le nombre de transactions au guichet est aujourd’hui très faible avec un taux d’inactivité qui peut aller parfois jusqu’à 92% de temps mort“, indique le porte-parole de la SNCB Vincent Bayer. Des chiffres contestés par les syndicats qui insistent sur l’importance du rôle des guichetiers qui ne se limite pas à vendre des tickets.

Corriger le tir

Georges Gilkinet, Ministre de la mobilité a quant à lui demandé au Conseil d’administration de revoir cette décision et de corriger le tir.  “Tout autant que l’amplitude et la fréquence des trains, l’accueil est crucial pour rendre les trains attrayants et accessibles pour tou.tes. C’est la raison pour laquelle nous travaillons à améliorer l’accessibilité des gares et point d’arrêt. Dans la même logique, il est important que les gares restent des lieux de vie et de rencontres. Nous ne pouvons laisser personne à quai. Les personnes plus âgées ou plus fragiles doivent aussi pouvoir prendre le train facilement pour se déplacer librement”,  explique le Ministre de la mobilité dans un communiqué.

S.E. / Image: Belga

Reportage de S. Ringelheim, A. Lawan, L. Jenkins et C. Van Gysegem

Partager l'article

02 février 2021 - 17h30
Modifié le 02 février 2021 - 17h30