Homoparentalité, la difficulté à adopter pour les couples de même sexe

Si le cadre légale existe depuis 2006 en Belgique, il reste encore très difficile pour les couples homosexuels d’adopter. Refus des parents biologiques, quotta sur les listes d’attente, … Les obstacles sont nombreux pour les couples de même sexe.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Depuis 2006, sur 400 enfants adoptés, 26 l’ont été par des couples homosexuels soit seulement 5%. Plusieurs raisons pour expliquer ce phénomène. Les quotta de couples de même sexe qui place les parents homosexuels sur des listes d’attente plus longue que celles des couples hétérosexuels mais le refus exprimé par les parents biologiques de l’enfant sont des facteurs discriminants pour les couples homosexuels.

Certain couples de même sexe se tournent alors vers l’adoption à l’étranger. Un processus parfois encore un plus compliqué puisque dans ce cas, le pays d’origine de l’enfant a lui aussi son mot à dire dans le processus d’adoption.

Reste alors la gestation par autrui (GPA). C’est la solution qu’a choisi Fabien Gaudry, parent homosexuel l’un des invités de M le Mag.Une solution qui a tout de même un prix entre 100 et 120 000 euros dans le cas de Fabien qui a lancé ce processus aux Etats-Unis.

Sur le plateau : Bernard MATHIEU, Directeur ONE adoption; David KOOTZ, Président de l’asbl Homoparentalités; Fabien GAUDRY parent homosexuel qui a réussi à adopter.

Partager l'article

21 juin 2018 - 19h16