Découvrez   

“Les hausses de prix de l’électricité seront facturées à Electrabel”, assure Charles Michel

Le Premier ministre entend que l’opérateur électrique supporte les hausses de prix liées à l’indisponibilité de centrales nucléaires.

Le Premier ministre Charles Michel a reçu dimanche de la chancelière Angela Merkel l’assurance de la coopération de l’Allemagne dans le cadre des importations d’électricité, a-t-il indiqué lundi au cours de son discours de politique générale devant la Chambre.

Des discussions techniques étaient en cours depuis quelques temps mais celles-ci patinaient. Dimanche, la discussion a pris un tour politique. Au cours d’un entretien téléphonique avec son homologue allemande, le chef du gouvernement fédéral a évoqué le problème et reçu l’assurance “du soutien et de la coopération de l’Allemagne dans le cadre des importations“.

Lundi passé, le gestionnaire de réseau français RTE confirmait de son côté que de l’énergie serait “sans doute disponible” pour le marché belge.

Le risque pour notre sécurité d’approvisionnement cet hiver s’éloigne chaque jour de plus en plus. Et nous continuons le travail avec l’ensemble des acteurs“, a ajouté M. Michel.

“La facture pour Electrabel”

Le chef du gouvernement s’est montré sévère à l’égard d’Electrabel. “La gestion du parc nucléaire par Electrabel a manqué de la plus élémentaire prévoyance“, a-t-il déclaré.

Le Premier ministre entend que l’opérateur électrique supporte les hausses de prix liées à l’indisponibilité de centrales nucléaires.

Les hausses de prix liées à l’indisponibilité anormale du parc nucléaire devront être facturées à Engie-Electrabel“, a-t-il souligné.

La CREG a reçu la mission d’analyser l’impact sur le marché et les tarifs de cette situation.

Chacun a compris que le gouvernement, comme les consommateurs, ont été confrontés à un fait accompli. C’est inacceptable. Nous utiliserons tous les moyens de droit pour défendre les intérêts des consommateurs“, a averti M. Michel.

L’opposition mécontente

J’applaudis quand le Premier ministre pointe la responsabilité d’Electrabel” dans les risques encourus sur l’approvisionnement en électricité cet hiver, note Jean-Marc Nollet (Ecolo). “Mais ce discours est aussi marqué par une absence de volonté réelle de soutenir la transition énergétique. Le Premier ministre aligne énormément de chiffres, mais il n’a pas osé citer celui de l’augmentation des émissions de CO2, deux millions de tonnes en moyenne en plus sous cette législature“.

Belga

 

Partager l'article

08 octobre 2018 - 16h07
Modifié le 08 octobre 2018 - 17h19