Grève nationale : les raisons de la colère

Entreprises bloquées, services publics à l’arrêt : la grève nationale en Front commun va paralyser en grande partie le pays demain.

Le mouvement sera visiblement très bien suivi, se réjouit Philippe VANSNICK, le secrétaire fédéral adjoint CSC Bruxelles. “Ce qui se passe à Charleroie et Zaventem est fantastique car les gens se lèvent pour dire qu’ils ne sont pas d’accord avec les politiqes d’austérité. ”

La colère gronde dans les rangs syndicaux. La liste de revendications est longue. Mais au coeur de la grogne, il y a les négociations sur la norme salariale.

La marge salariale est réduite à 0,8% : “les travailleurs se rendent compte que l’économie se porte bien, que les dividendes des actionnaires augmentent de plus de 20% (…) Et d’un autre côté, les travailleurs sont soumis à rude épreuve (…). Il y a un sentiment d’injustice. Notre message est de forcer les employeurs à revenir autour de la table avec des propositions. “, selon Michaël DUFRANE, le secrétaire régional bruxellois adjoint CGSLB

La FEB a une vision tronquée. Nous contestons la loi salariale car nous considérons qu’elle ne permet pas une juste redistribution. Et l’inflation est déjà prise en compte, contrairement à ce que dit la FEB. Cette loi a été trafiquée par le gouvernement. Nous demandons un rééquilibrage. “, dit de son côté Estelle CEULEMANS, secrétaire générale de la FGTB-Bruxelles.

Le président de l’Union des Classes Moyennes a fait une proposition : une marge de 1,1% est possible, assure-t-il. “Si les employeurs avaient fait une ouverture en ce sens plus tôt, cela aurait pu être un pas pour éviter la grève. ”

Nous avons aussi lancé une grande campagne sur la revalorisation du salaire minimum. Comment vivre décemment avec un salaire brut de moins de 10 euros de l’heure? Cela touche particulièrement les femmes dans des secteurs défavorisés. A travers cet accord interprofessionnel, il y a un enjeu de redistribution des richesses et de justrice sociale globale.”, ajoute encore Estelle CEULEMANS.

Avec Philippe VANSNICK, Secrétaire fédéral adjoint CSC Bruxelles, Michaël DUFRANE, Secrétaire régional bruxellois adjoint CGSLB et Estelle CEULEMANS, Secrétaire générale FGTB-Bruxelles

M, le mag de la rédaction, du mardi au vendredi à 18h20

Partager l'article

12 février 2019 - 22h20