Découvrez   

Grève chez Lidl: plus d’une centaine de magasins fermés, pas de rencontre prévue avec la direction

Le mouvement de grogne se poursuit chez Lidl. Vers 11h00, 84 magasins étaient fermés sur les quelque 300 que compte la chaîne de supermarchés en Belgique, selon une liste publiée sur le site web de l’enseigne.

Le mouvement de grogne continuait de s’étendre jeudi à la mi-journée chez Lidl. Plus d’une centaine de magasins ont rejoint le mouvement de grève spontanée sur les quelque 300 que compte l’enseigne en Belgique, selon la vice-présidente du Setca, Myriam Delmée. “Nous n’avons toujours pas eu de contact avec la direction. Pour l’heure, aucune rencontre n’est prévue“, ajoute-t-elle.

Les régions de Wallonie picarde, Liège, Mons et Charleroi sont largement touchées. Dans la région liégeoise, l’ensemble des magasins Lidl ont baissé le volet, affirme le secrétaire politique du Setca local, Julien Dohet. Pour Bruxelles, les magasins fermés sont situés à Anderlecht (rue Pierre Marchant), Laeken (deux magasins dans la rue Steyls et sur l’avenue de la Reine), Molenbeek (deux magasins sur la chaussée de Ninove et dans la rue de Rotterdam), Ixelles (chaussée de Wavre), Berchem-Sainte-Agathe (chaussée de Zellik) et Evere (avenue Léonard Mommaerts).

Les discussions avec la direction semblent au point mort. Après l’échec de la concertation sociale mercredi matin, les syndicats avaient refusé une demande de conciliation au cours de l’après-midi, jugeant les propositions de l’enseigne “insuffisantes au regard des revendications des travailleurs”. La montée en gamme de Lidl, marquée par une rénovation de ses magasins et de nouveaux assortiments ces derniers mois, s’est accompagnée “d’une recherche de productivité sans cesse accrue” qui “épuise des équipes arrivées à la limite de ce qu’elles peuvent supporter”, selon le Setca. La direction de Lidl proposait un agrandissement de l’équipe volante qui soutient les équipes des magasins en cas de maladie et des bras supplémentaires pour amoindrir la charge de travail lors d’un nouvel agencement des rayons ou d’un affichage important pour une thématique spécifique. Mais ces mesures n’ont pas permis d’apaiser les travailleurs.

C.TQ avec Belga – Photo : Belga/Thierry Roge

Partager l'article

26 avril 2018 - 12h26
Modifié le 26 avril 2018 - 16h22