Futur docteur honoris causa à l’ULB, Ken Loach répond à Charles Michel : “Regardez les preuves, M. Michel !”

Ce mardi soir, Ken Loach recevra le titre de docteur honoris causa à l’Université Libre de Bruxelles (ULB) au côté de sept autres personnalités : Christiane Taubira, Ahmet Insel, Siegi Hirsch, Monique Capron, Agnès van Zanten, Christian Debuyst et Jan Van Impe. Le cinéaste britannique a toutefois tenu à répondre à la polémique autour de ses propos, suite à la sortie du Premier ministre Charles Michel (MR) ce mercredi soir.

Lors d’une conférence de presse menée avant la cérémonie officielle prévue vers 18h00 ce jeudi, Ken Loach a souhaité revenir une dernière fois sur la polémique autour de ses propos sur l’antisémitisme et l’état d’Israël. Il a surtout réagi aux récents propos du Premier ministre Charles Michel (MR), qui s’est adressé ce mercredi soir à la Grande Synagogue de Bruxelles, en ces termes : “Notre fermeté doit être totale. Aucun accommodement avec l’antisémitisme ne peut être toléré. Quelle que soit sa forme. Cela vaut aussi pour ma propre Alma Mater”, avait déclaré l’homme politique, qui a étudié le droit à l’ULB justement.

“Je ne voulais rien dire d’autre que ma dernière déclaration jusqu’à entendre ce qu’a dit votre Premier ministre”, a lancé Ken Loach en conférence de presse. “J’ai compris qu’il a étudié le droit dans votre université. A-t-il mal étudié ?”, a-t-il ironisé avant d’ajouter : “Un bon juriste regarde les preuves avant de prendre une décision. Monsieur Michel, regardez les preuves et retirez vos paroles !”

Lire aussi : Notre dossier complet sur la polémique autour de Ken Loach honoré par l’ULB

Après cette conférence de presse, Ken Loach n’a pas souhaité faire de plus amples commentaires devant les journalistes et a assisté, avec les autres personnes honorées, à la cérémonie de remise des titres de docteur honoris causa dans l’auditoire de l’ULB. Les autres personnes honorées sont l’économiste turc Ahmet Insel, le thérapeute Siegi Hirsch, l’ancienne garde des Sceaux de la République française Christiane Taubira, la sociologue Agnès van Zanten, la scientifique Monique Capron, le juriste et psychologue Christian Debuyst et l’ingénieur Jan Van Impe.

Déjà avant les propos de Charles Michel, Ken Loach avait rejeté toute forme d’antisémitisme, malgré les différentes accusations dont il fait l’objet depuis une interview à la BBC accordée en 2017. “Je tiens à déclarer, une fois pour toutes, que je condamne toute forme de déni de l’Holocauste ou “négationnisme” comme vous le dites en français. (…) Toute ma vie,  j’ai pris parti pour ceux qui sont persécutés et marginalisés et me dépeindre comme antisémite simplement parce que j’ajoute ma voix à ceux qui dénoncent la détresse des Palestiniens est grotesque”, avait-il lancé dans une lettre adressée notamment à l’ULB. “Ceux qui tentent de me salir de cette manière savent que j’ai toujours combattu toutes les formes de racisme, y compris l’antisémitisme. Je doute que tout le monde puisse en dire autant.”

Gr.I. – Photo : illustration Belga

■ Reportage de Martin Caulier, David Courier et Thierry Dubocquet.

Partager l'article

26 avril 2018 - 16h59