Formation d’un gouvernement bruxellois : le PS a reçu Défi ce lundi après-midi

La semaine dernière, les socialistes avaient reçu Ecolo et le MR.

Les chefs de file du PS bruxellois, Laurette Onkelinx et Rudi Vervoort, ont entamé lundi une série de nouvelles consultations en vue de la formation d’une coalition en Région bruxelloise, en recevant, peu après 15 heures, le président de DéFI, Olivier Maingain, et le chef de file de la formation amarante pour la Région, Bernard Clerfayt.

La semaine dernière, ils avaient reçu Ecolo et le MR. Contrairement à ce qui a été annoncé par certains, le PTB sera reçu mardi, en milieu de matinée. L’après-midi ce sera au tour du cdH. Les interlocuteurs sociaux sont attendus au siège du gouvernement régional jeudi et vendredi.

► Lire aussi : Formation d’un gouvernement bruxellois : l’Open-VLD temporise pour aider le MR

Six grands chapitres

A son arrivée, la présidente de la Fédération bruxelloise du PS, Laurette Onkelinx a précisé que les différentes formations francophones du parlement bruxellois étaient consultés à propos de leurs priorités sur six grands chapitres -dans le désordre-: mobilité, logement, emploi, climat, gouvernance et cohésion sociale. La méthode est la même pour tous. Après l’entretien, chaque formation est invité à remettre pour vendredi prochain une note reprenant ses priorités sur ces thématiques de manière plus précise.

L’objectif de Laurette Onkelinx et de Rudi Vervoort est d’ensuite rédiger une note de base pour des négociations qui intègre les priorités de ceux qui seront appelés à y prendre part. Mme Onkelinx a ajouté que le jeu restait ouvert.

Le PS a “déjà des préférences”

De son côté, le ministre-président Rudi Vervoort a souligné que “tout est toujours possible“. Mais il a aussitôt rappelé que le PS avait affiché “quand même un certain nombre de préférences“, une allusion à son plaidoyer de campagne en faveur d’une majorité “aussi progressiste que possible“.

“DéFI a envie de faire des choses pour que Bruxelles fonctionne mieux”, a commenté, à son arrivée, Bernard Clerfayt.

Comme lui, Olivier Maingain a insisté sur la volonté des amarantes de poursuivre dans la ligne des résultats probants de sa formation au sein du gouvernement bruxellois sortant notamment en matière d’emploi et de formation.

“Il est important que Bruxelles continue à s’affirmer et à se faire respecter”, a-t-il ajouté. Sur le contexte général des négociations, M. Maingain a par ailleurs dit ne pas considérer qu’une influence des négociations du fédéral “doive se passer à coup sûr”.

Côté néerlandophone de la Région-capitale, les consultations ont été achevées à la fid e la semaine dernière. Les négociations seront menées entre Groen (4 sièges), sorti en tête du scrutin, l’Open Vld (3 sièges), et one.brussels-sp.a (3 sièges).

Belga, image Belga

Partager l'article

03 juin 2019 - 16h07