Confinement : parking.brussels estime ses pertes à minimum 3,6 millions d’euros

Depuis ce lundi 18 mai, les contrôles de stationnement gérés par Parking.brussels ont repris dans la capitale. Durant 2 mois, le temps du confinement, ceux-ci avaient été suspendus. Une suspension qui a un lourd impact sur les finances de l’agence régionale. Elle estime ses pertes entre 3,6 et 4,5 millions d’euros pour l’année 2020.

Ces pertes, elles ne concernent pas que Parking.Brussels, mais les communes également. Neuf communes bruxelloises ont délégué la gestion de leur stationnement à l’agence régionale. Elles perçoivent ainsi chaque année, 85% des recettes de l’agence (obtenues notamment via les redevances dues par les automobilistes). Mais cette année donc, ces recettes risquent d’être bien moindres. Parking.Brussels a réalisé des estimations pour évaluer l’impact du confinement sur les résultats de l’agence et des communes sur l’année 2020. Des estimations tenant compte d’une part d’un scénario de reprise optimiste de 4,5 mois, et d’un scénario plus pessimiste d’un « retour à la normale » seulement après 7,5 mois.

Les résultats de ces simulations font apparaître une diminution des recettes nettes du stationnement comprises entre 53 et 77%. En chiffres, Parking.Brussels avait prévu de verser 11 millions aux communes au titre de recettes nettes du stationnement sur 2020. Ce résultat sera très probablement ramené entre 2,5 et 5,5 millions d’euros” indiquait Eric Dubois, le directeur général de l’agence, auditionné en commission Mobilité au parlement bruxellois.

On parle bien ici d’estimations, insiste-t-on du côté de l’agence. Parking.Brussels effectuera un monitoring régulier de la situation afin d’ajuster les données financières nous dit-on.

Demande d’explications

Ces chiffres font bondir Pascal Freson, échevin en charge de la Mobilité à Evere. En 2018, Parking.Brussels avait payé 590.000 euros de redevances à la commune. En 2019, 790.000 euros. “Nous avons inscrit au budget de 2020, un montant de 977 000 euros. Nous avons anticipé sur les difficultés de Parking.Brussels et nous envisagions de revoir ce montant à la baisse en le diminuant d’environ 160 000 euros soit deux douzièmes du budget correspondant aux deux mois de confinement où les contrôles étaient suspendus” explique l’échevin. Si comme l’indique l’agence, la baisse de recettes sera plutôt comprise entre 53 et 77%, on sera alors bien loin des 817 000 euros attendus par la commune. “Si ces chiffres se vérifient, ce serait catastrophique” indique Pascal Freson, qui compte interpeller l’agence et la ministre de la Mobilité à ce sujet.

Des explications, c’est aussi ce que souhaite Abdellah Achaoui, échevin de la Mobilité à Molenbeek. La commune avait budgétisé 1,6 million d’euros de recette liée à parking.brussels. “On savait qu’avec le confinement, la levée des contrôles de stationnement allait se répercuter au niveau des recettes” dit-il. Mais l’échevin se veut rassurant : cette diminution de recette ne remet pas en question les projets de la commune “ les recettes émanant de Parking.Brussels ne représentent pas tant dans le budget communal” indique Abdellah Achaoui.

À Berchem-Sainte-Agathe, on estime également que l’impact de cette diminution de recette sera limité. “Ce n’est pas sur cette perte-là que nous sommes principalement inquiets. Mais plutôt sur les coûts des dépenses sanitaires et au surcoût au niveau du CPAS lié à la crise” indique Thibaut Wauthier, échevin de la Mobilité.

Quid des garanties de recette ?

À Ixelles et Schaerbeek, la situation est différente car les deux communes ont demandé une garantie de recettes en déléguant la gestion de leur stationnement à l’agence régionale. Ainsi, chaque trimestre des redevances sont versées aux communes. Au vu de la situation, Parking.Brussels a décidé de ne verser que 80% du montant fixé pour le premier trimestre de 2020, indiquent les communes. Et concernant le prochain trimestre ? C’est le flou, indique Yves Rouyet, échevin de la Mobilité à Ixelles. En commission de la Mobilité, le directeur général de Parking.Brussels a indiqué que s’agissant d’un cas de force majeure, l’agence ne pourrait pas verser l’intégralité des montants d’avance garantis pour ces communes.

À Schaerbeek (qui a délégué la gestion de son stationnement à l’agence depuis le 1er janvier 2020), on relativise : “ce n’est pas la perte la plus importante“, indique Adelheid Byttebier, échevine en charge de la Mobilité. Des recettes qui ont diminuées, des dépenses qui ont explosées, c’est le cas pour tous les pouvoirs locaux nous dit-on, et il faudra attendre la fin de la crise pour évaluer clairement la situation et en tirer des conclusions.

Emilie Eickhoff

Partager l'article

19 mai 2020 - 18h09