Black carbon : les volontaires du projet ExpAIR dévoilent les zones les plus polluées de Bruxelles

276 personnes ont mené une expérience entre 2013 et 2017 dans les rues de la Région bruxelloise : ils ont porté un capteur géolocalisé qui a permis de collecter des données sur la pollution de l’air et sur le taux de Black carbon, un polluant lourd. Les conclusions de cette étude portée par Bruxelles-Environnement confirment que le taux est bien trop haut dans les artères les plus riches en embouteillages.

Les 276 personnes qui ont mené cette expérience entre 2013 et 2017 ont porté ce capteur de jour comme de nuit pour mesurer les taux de concentration de Black carbon dans l’air bruxellois, que ce soit à l’extérieur ou à l’intérieur. Il se confirme ainsi que les zones les plus polluées de la Région sont les entrées de Bruxelles, la petite ceinture et les grands boulevards, principalement aux heures de pointe. Soit les lieux où la concentration automobile est la plus forte.

Les rues principalement touchées sont, ce que les experts appellent les rues “canyons, où les hauts immeubles bloquent les polluants et les confinent, comme dans la rue de la Loi ou la rue Belliard par exemple.

Le but est désormais de poursuivre l’étude et de continuer à enregistrer des données, que ce soit dans les grandes artères bruxelloises ou dans les petites rues de la Région. Les responsables du projet ExpAIR aimeraient aussi à l’avenir réaliser une application de planification de trajets pour que chacun puisse visualiser les routes “les moins polluées” de Bruxelles.

  • Reportage de Julia Verhelle, Pierre Beaudot et Nicolas Scheenaerts.

Partager l'article

14 septembre 2017 - 18h03