Autorisé à rouvrir pour vendre à emporter, le Bar du Matin a dû fermer sur ordre de police et écope d’une amende de 750 euros

La Bar du Matin, place Albert, a pu rouvrir ses portes le 6 mai, grâce à une autorisation de la commune de Forest, leur permettant de vendre des plats à emporter. Mais deux jours plus tard, le café reçoit la visite de la police. Bilan : 750 euros d’amende et l’obligation de fermer. 

Que s’est-il passé? Le bar avait été autorisé par la commune à rouvrir pour la vente à emporter. La porte-parole de la zone de police Midi (Anderlecht- Forest – Saint-Gilles) explique que la police est intervenue et a verbalisé l’établissement parce que celui-ci vendait aussi des boissons seules, ce qui lui était interdit, selon les forces de l’ordre.

Les propriétaires contestent, indiquant que la commune les avait bien autorisé la vente de denrées alimentaires et de boissons et reproduise le document émanant des autorités locales sur leur page Facebook. Se disant “anéantis”, ils relatent l’incident : “Dans l’incompréhension totale, nous présentons (à la police) le courrier rédigé par l’admnistration communale de Forest le 28 avril 2020. Rien ne dit que nous sommes en infraction. Mais ils ne veulent rien entendre. Les ordres ont été donnés, nous sommes auditionnés et nous écopons d’une amende de 750 euros.

Le 28 avril dernier, nous recevons une autorisation écrite pour ouvrir en take-away jusqu’à 22h (voir courrier…

Publiée par BAR DU MATIN – Bruxelles sur Dimanche 10 mai 2020

Selon nos informations, des interprétations divergent sur la question de savoir si la vente des boissons est autorisée en tant que telles ou uniquement si elles accompagnent un repas.

Contacté par téléphone, l’un des propriétaire du Bar du Matin, Axel Van Tuijn, nous assure : la commune ne nous a aucunement précisé que la vente de boisson en tant que telle était interdite.

Le bourgmestre Stéphane Roberti (Ecolo) a reçu les propriétaires ce lundi matin et tente de trouver avec eux une solution. Contacté, il nous indique qu’il étudie la situation de manière à ce qu’une position équitable soit adoptée pour l’ensemble des établissements qui vendent de la restauration sans être considérés comme des restaurants.

Rédaction en ligne