Découvrez   

Attentats de Paris : le parquet fédéral demande le renvoi en correctionnelle de 14 personnes

Dans le cadre du règlement de procédure de l’affaire “Paris bis”, prévu début février à Bruxelles, le parquet fédéral va demander le renvoi en correctionnelle, pour “participation aux activités d’un groupe terroriste”, de l’ensemble des inculpés non réclamés par la justice française, soit une femme et treize hommes dont deux (Sammy Djedou et Youssef Bazarouj) présumés morts en Syrie, selon une information publiée lundi par La DH et la Libre qui a été confirmée à bonne source. Le parquet fédéral se refuse à tout commentaire.

Les principaux inculpés pour les attentats de Paris ont été remis aux autorités judiciaires françaises et seront jugés devant la cour d’assises de Paris à partir du 8 septembre 2021. Le procès “Paris bis” est un dossier périphérique au dossier principal des attentats à Paris instruit en France. Il vise plusieurs “petites mains” vivant en Belgique. Elles auraient été impliquées de manière indirecte dans les attentats commis dans la capitale française, par exemple en ayant loué des logements ou des voitures pour les auteurs, en leur ayant prêté du matériel divers ou encore en leur ayant fourni ou fabriqué des faux documents d’identité.

Lire aussi : “Paris bis” : une vingtaine de personnes seront citées devant la chambre du conseil de Bruxelles

Recrutement de terroristes

Le seul des 14 inculpés considéré comme dirigeant terroriste, non comme simple membre d’un groupe terroriste, est Sammy Djedou (photo). Il est parti en 2013 pour la Syrie où il aurait rejoint les rangs du groupe terroriste Etat islamique (EI) sous le nom de “Abou Moussab”. Un “returnee” belge aurait déclaré à la justice que l’homme occupait d’importantes fonctions au sein de l’EI, où il était notamment chargé du recrutement de terroristes en vue de commettre des attentats sur le sol européen. Sammy Djedou aurait également été en contact étroit avec Oussama Atar, considéré comme le cerveau des attentats de Paris et Bruxelles.

“Abou Moussab”, le surnom de Sammy Djedou, a été découvert dans le testament des terroristes qui ont commis les attentats de Bruxelles. Il est supposé mort en Syrie, abattu par un drone américain en décembre 2016 à Raqqa.

Sa mère, Véronique Loute a, quant à elle, été inculpée pour avoir envoyé environ 65 000 euros à son fils quand il était en Syrie. La justice soupçonne que l’argent aurait servi à financer les attaques à Paris.

Découvrez notre dossier autour des attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles

Plusieurs Bruxellois concernés

La DH liste les autres inculpés à commencer par les frères Ayoub et Youssef Bazarouj. Les enquêteurs soupçonnent qu’Ayoub Bazarouj aurait créé des comptes Facebook et WhatsApp pour son frère Youssef, qui était parti en Syrie en juillet 2014 et était devenu le bras droit d’Abdelhamid Abaaoud et Oussama Atar, considérés comme les cerveaux des attentats de Paris.

Le quotidien mentionne encore Smaïl Farisi, locataire de l’appartement de l’avenue des Casernes à Etterbeek, Youssef El Ajmi, qui y est passé à plusieurs reprises, ainsi que de Mohamed Rabhioui et Soufiane Al Aroub, des proches de Mohamed Abrini. Il y a encore le jeune frère de ce dernier, Ibrahim Abrini, et Abdoullah Courkzine, qui aurait été en contact avec Hasna Ait Boulahcen, la cousine du coordinateur des attentats de Paris Abdelhamid Abaaoud, et Zakaria Jaffal, qui aurait aussi fait partie du cercle de connaissances d’Abdelhamid Abaaoud.

Le parquet a de plus l’intention de renvoyer en correctionnelle Abid Aberkan, chez qui Salah Abdeslam a été arrêté le 18 mars 2016, peu après son échappée de l’appartement de Forest pris d’assaut par la police le 15 mars 2016, et Rafik El Hassani, qui a déjà, selon la DH, été condamné pour stupéfiants à Bruxelles.

Avec Belga – Photo : D.R./BX1

Partager l'article

22 décembre 2020 - 07h30
Modifié le 22 décembre 2020 - 07h40