Forest : le bourgmestre s’inquiète de la suppression de la présence statique de militaires

Le bourgmestre de Forest Marc-Jean Ghyssels (PS) a fait part par voie de communiqué de son inquiétude quant à la suppression de présence statique de militaires devant certains endroits, dont les synagogues de la commune, à quelques jours de la fête juive du Yom Kipour.

La diminution de 200-250 hommes des 1.250 militaires mobilisés actuellement dans l’opération de sécurité intérieure « Vigilant Guardian » a été annoncée jeudi passé. L’armée a élaboré, avec l’aval du Conseil national de sécurité (présidé par le Premier ministre Charles Michel), un nouveau concept de déploiement, qui doit entrer en vigueur début octobre, après une période test lancée le 15 septembre.

Les patrouilles seront composées de 4 à 8 militaires, ce qui permettra d’améliorer l’efficacité des équipes, entraînées dans ce type de configuration. Cela vise aussi à réduire la vulnérabilité des militaires en rue, qui ont déjà été impliqués dans deux incidents, l’agression au couteau du 25 août et la tentative avortée d’attentat à la gare centrale de Bruxelles le 20 juin. Ces mesures visent encore à regagner en opérationnalité en permettant aux unités de s’entraîner davantage.

Marc-Jean Ghyssels s’interroge pour sa part sur cette nouvelle mesure et estime que “les militaires risquent d’être moins bien acceptés par la population quand ils circuleront en véhicule”. Le bourgmestre ajoute qu’il va ajouter des policiers de sa zone aux points stratégiques pour combler le départ des militaires, notamment aux abords des synagogues. (Gr.I. avec Belga)

  • Reportage d’Alexis Gonzalez et Yannick Vangansbeek

Partager l'article

26 septembre 2017 - 14h34