Découvrez   

La boîte à bébé ne verra finalement pas le jour à Evere

En septembre 2017, nous vous annoncions la création d’une boîte à bébé rue des Tilleuls à Evere. Trois ans et demi plus tard, force est de constater qu’elle n’est toujours pas mise en place. 

Ce dispositif permet aux mamans de déposer leur enfant anonymement. Un système qui offre des conditions de sécurité pour l’enfant abandonné et que l’asbl Corvia tente d’installer depuis des années à Bruxelles. Un code permet en effet l’ouverture d’une fenêtre. Un nid chauffé accueille alors le bébé à l’intérieur. Une fois, la fenêtre fermée, une alarme avertit les équipes de l’association.

Ce système existe déjà depuis 20 ans à Anvers. A Bruxelles, une boite à bébé de ce type aurait du être installée à Evere le 21 septembre 2017 mais l’ancien bourgmestre de la commune Pierre Muylle (PS), s’y était formellement opposé.

► Pour voir ou revoir notre reportage sur le sujet : Une “boîte à bébé” ouvre à Evere

Trois ans plus tard, en septembre dernier, le Conseil d’État a annulé la décision du bourgmestre.

La commune s’oppose à nouveau au projet

Mais aujourd’hui, l’actuel bourgmestre d’Evere, Ridouane Chahid (PS) nous dit, lui aussi, ne pas souhaiter l’installation de cette boîte à bébé et s’appuie pour ce faire sur les avis émis par le procureur du Roi, l’ONE (Office de la Naissance et de l’Enfance) et son pendant flamand, et le délégué général aux droits de l’enfant, Bernard De Vos.

Tous ont émis un avis négatif. Je ne peux aller à l’encontre des ces avis clairs et explicites au niveau du respect des droits de l’enfant.”, nous indique-t-il.

► Voir aussi notre ancienne émission M sur le sujet : Boîte à bébé : quelle législation ?

Peu d’espoir pour Corvia

Dans une interview accordée à la DH, Aline Duportail, la porte-parole de l’asbl Corvia, accuse la commune d’empêcher la création du projet en évoquant un problème d’urbanisme. “Pour faire la boîte à bébé, on doit ajouter un clavier électronique et un autocollant. La commune nous dit que nous n’avons pas l’autorisation nécessaire et qu’il s’agit d’un changement de structure contraire aux normes d’urbanisme.” avant de poursuivre : “Ils ne vont jamais nous donner d’autorisation. Après ça, ce sera autre chose.

Le bourgmestre a souhaité s’expliquer. “L’asbl m’accuse de ne pas leur donner l’autorisation nécessaire. En réalité, la commune est là pour faire respecter les normes urbanistiques. Or, ce bâtiment ne les respecte pas.”

Il existe peu de chance aujourd’hui de voir l’ouverture de cette boîte à Evere. L’association réfléchit donc à l’installer dans une autre commune de la capitale.

A.V.

Partager l'article

23 février 2021 - 12h43
Modifié le 23 février 2021 - 12h50