Gouvernement flamand : l’avenir de la culture flamande à Bruxelles en question

Pour la première fois, le portefeuille de la culture en Flandre passe dans le giron de la N-VA. C’est Jan Jambon, le nouveau ministre-président flamand, qui hérite de la compétence. Mais alors que le nouvel exécutif affiche ses ambitions nationalistes et identitaires, les opérateurs culturels flamands de Bruxelles doivent-ils s’inquiéter ?

Les théâtres et centres culturels flamands installés à Bruxelles ont souvent revendiqué leur attachement à la diversité culturelle, sociale et linguistique de la capitale.  Des valeurs qui se reflètent notamment dans leurs programmations.

« Je n’ai pas d’inquiétude », nous répond Michael De Cock, directeur du KVS. « L’indépendance et la liberté artistique sont une évidence en Europe. », ajoute-t-il. « Notre mission ne changera pas : nous sommes multilingues, et nous nous employons à représenter la Flandre comme on la voit aujourd’hui, dans toute sa diversité. »

L’accord de majorité ne fait pas mystère de ses positions nationalistes et identitaires. Au chapitre « Culture », il proclame, entre autres : « La culture est l’ADN des Flamands. (…) Nous faisons de la Flandre une nation forte et sûre d’elle-même, dont les Flamands et les visiteurs peuvent être fiers, avec une attention portée à son riche éventail culturel. (…) La Flandre ne pourra briller que si sa culture rayonne. Les maîtres flamands – du passé et d’aujourd’hui, et dans toutes les directions artistiques – doivent devenir la vitrine de la grandeur de la Flandre.»

Culture cosmopolite

« D’un côté, le fait que le ministre-président lui-même, Jan Jambon, prenne le portefeuille de la culture est un signal positif, le signe qu’on y accorde de l’importance. Mais les accents identitaires de l’accord de majorité posent question. », nous indique de son côté Dirk De Clippeleir, le directeur de l’Ancienne Belgique. Et de s’interroger : « La culture risque-t-elle d’être instrumentalisée ?  Nous avons toujours eu une liberté totale, malgré la présence de la N-VA dans notre CA, et rien n’indique à ce stade que cela va changer. » Mais des signes peuvent inquiéter : « La référence au « canon flamand » par exemple : c’est inutile ! De quoi parle-t-on ? Comment va-ton le déterminer ? »

La culture flamande à Bruxelles « n’est pas celle de Gand, Anvers ou Bruges ! Ici la culture ne s’adresse pas qu’aux Flamands. » Le « modèle bruxellois », de culture cosmopolite, était défendu par l’ancien ministre de la Culture, Sven Gatz (Open VLD) « Jusqu’à quand tiendra-t-il ? Je ne vois pas encore de signe négatif à cet égard mais je ne veux pas me voir imposer une culture identitaire», conclut-il.

Les valeurs nationalistes et identitaires portées aujourd’hui par le pouvoir en Flandre sont en rupture avec ce qui prévalait jusqu’ici dans le domaine culturel, dit également Guy Gijpens, le directeur artistique du Kaaitheater. Cela pourrait-il avoir des conséquences sur les subventions allouées aux institutions culturelles ? « Il est trop tôt pour le dire », commente-t-il. « Mais le lien établi dans l’accord de gouvernement entre culture et identité, et l’injonction faite aux institutions flamandes de Bruxelles de mettre en avant leur identité nous inquiète. »

Il y aura à tout le moins des tensions, pressent pour sa part Eric Corijn, philosophe de la culture, sociologue et professeur à la VUB. S’il se félicite lui aussi de voir la culture figurer dans le portefeuille de la ministre-présidence, il s’interroge : « La ligne officielle c’est que la culture sera soumise à la construction de la nation flamande. Cela signifie-t-il que le soutien accordé aux opérateurs culturels dépendra de leur respect de ce « canon flamand » ? Les opérateurs flamands à Bruxelles défendent les valeurs bruxelloises d’ouverture, et non la vision nationaliste flamande. »

Faut-il craindre une tentative de la part des autorités flamandes d’imposer une vision aux institutions culturelles ? Il y aura des débats sans doute vifs, mais Eric Corijn ne croit pas à un affrontement. « Je ne pense pas non plus que les subsides seront directement menacés. Mais les autorités flamandes pourraient intervenir au niveau des directions artistiques, par exemple. »

Le spécialiste identifie encore un autre motif d’inquiétude : l’annonce dans l’accord de majorité d’imposer à Kanal, le nouveau centre dédié à la création contemporaine dans l’ancien garage Citroën, « une marque flamande, autant dans son rayonnement extérieur que dans son organisation intérieure. »

Sabine Ringelheim – Rédaction web

Partager l'article

04 octobre 2019 - 07h17