Découvrez   

La réouverture des commerces : “Une question de vie ou de mort”, selon David Clarinval

Comeos craint une vague de faillite, tandis que l’argent belge sera dépensé à l’étranger.

Si vendredi, le gouvernement ne prend pas la décision de rouvrir les magasins, la Belgique ne deviendra pas une île de magasins fermés mais plutôt une île de magasins en faillite, tandis que l’argent belge est dépensé à l’étranger“, a déclaré mardi soir Dominique Michel, CEO de Comeos, la fédération du commerce et des services.

Le patron de Comeos a réagi à la réouverture des magasins annoncés en France par le président Emmanuel Macron. “Avec tous les magasins ouverts aux Pays-Bas, en Allemagne, en France et au Luxembourg, la Belgique est désormais une île de magasins fermés“, souligne-t-il.

“Une question de vie ou de mort”, selon le ministre

Invité ce mercredi sur le plateau de la matinale de la Première, le ministre en charge des Indépendants David Clarinval (MR) a indiqué que les commerces et les métiers de contact doivent ouvrir le plus vite possible “c’est une question de vie ou de mort“. Serait-il dès lors suffisant d’ouvrir les commerces sur rendez-vous ? “Selon moi, cela ne serait pas suffisant“. Il évoque un nombre restreint de personne par surface et plaide pour une gestion des centres commerciaux pour éviter des agglutinements.

Qu’en sera-t-il de l’horeca dans les prochaines semaines ? Les restaurants resteront-ils fermés pendant les fêtes ? “Je ne peux pas me prononcer pour le moment“, indique le ministre, qui envisage cette possibilité.

Reportage : La situation est aussi tendue pour des commerces qui peuvent ouvrir

“Tout le monde ira à la frontière”, selon Comeos

Les chiffres montrent que 1 famille belge sur 3 traverse la frontière pas moins de neuf fois par an pour faire des achats. C’est un milliard d’euros en moins chaque année et ce, sans coronavirus. Si tout reste fermé chez nous, tout le monde ira de l’autre côté de la frontière aussi pour ses achats de Noël. Ce n’est pas une solution d’un point de vue virologique et il est parfaitement possible de faire du shopping en toute sécurité dans notre propre pays et, de cette manière, de donner également un avenir à notre commerce belge“, a ajouté M. Michel.

Belga, image d’illustration : rue Neuve avant le reconfinement

Partager l'article

25 novembre 2020 - 06h47
Modifié le 25 novembre 2020 - 13h57