Découvrez   

Attentat du Musée juif : Nemmouche et Bendrer déclarés coupables, retour sur les moments marquants du procès

Le verdict est tombé : Mehdi Nemmouche est déclaré coupable en tant qu’auteur de l’attentat du Musée juif de Belgique. Nacer Bendrer, pour sa part, est déclaré coupable comme co-auteur de cet attentat.

Au bout de deux mois d’auditions, de témoignages, de questions, de plaidoiries et de répliques, l’heure est au verdict. Les jurés du procès de l’attentat du Musée juif de Belgique ont pris plus de deux jours pour débattre de la culpabilité ou non de Mehdi Nemmouche et de Nacer Bendrer, accusés d’être auteur et co-auteur de l’attaque terroriste commise le 24 mai 2014 au Musée juif de Belgique.

La présidente de la cour d’assises Laurence Massart a pris la parole pour annoncer les résultats des 56 questions posées au jury. Mehdi Nemmouche est ainsi coupable d’assassinat à caractère terroriste et avec préméditation sur les personnes d’Emmanuel et Miriam Riva, d’Alexandre Strens et de Dominique Sabrier. Il est également reconnu coupable d’avoir détenu et utilisé à des fins terroristes le fusil mitrailleur de type kalachnikov et le revolver utilisés lors de l’attentat.

Réactions sur le verdict du procès de l’attentat du Musée juif : “Justice est rendue”

“Intimider la communauté juive et l’État belge”

“Mehdi Nemmouche a commis [quatre assassinats] intentionnellement, dans le but d’intimider gravement une population, plus particulièrement la communauté juive, et dans le but de porter gravement atteinte à l’État belge”, a établi la cour d’assises de Bruxelles. L’arrêt de la cour mentionne  également que “l’avocat de Mehdi Nemmouche a déclaré que son client s’était radicalisé et qu’il était parti en Syrie. Cette déclaration est corroborée par celle de H. [ami de Mehdi Nemmouche]”. L’arrêt ajoute que la vidéo de revendication, dont Mehdi Nemmouche est désormais reconnu comme l’auteur, “menace de mettre la ville de Bruxelles à feu et à sang”.

Enfin, le jury retient encore que “dans un ordinateur ayant appartenu à Najim Laachraoui [l’un des kamikazes qui s’est fait exploser à l’aéroport de Zaventem, le 22 mars 2016], il a été retrouvé des communications entre celui-ci et un émir [de l’État Islamique] dans lesquelles il propose des actions pour faire libérer entre autres Mehdi Nemmouche, qu’il présente comme un frère”. Dans le box des accusés, Mehdi Nemmouche n’a pas réagi, restant comme à son habitude le regard au loin.

Bendrer coupable

Nacer Bendrer, pour sa part, est reconnu coupable comme co-auteur dans ces quatre assassinats à caractère terroriste. Il est également reconnu coupable d’avoir détenu les armes utilisées lors de l’attentat.

Découvrez notre dossier complet sur le procès de l’attentat du Musée juif

Les jurés n’ont donc pas été convaincus par les arguments développés par ses avocats. Selon ces derniers, aucun élément ne permettait de relier directement aux faits leur client, qui a toujours nié avoir fourni à Mehdi Nemmouche la kalachnikov qu’il lui avait demandée. Nacer Bendrer avait été renvoyé devant la cour d’assises de Bruxelles comme co-auteur de la tuerie. Les procureurs avaient cependant requis sa condamnation comme complice. Selon l’accusation, il avait donc apporté une aide “accessoire”, mais pas “importante”. Les avocats de Nacer Bendrer, Mes Blot et Vanderbeck ont semblé sonnés par le verdict. Dans le box, le Marseillais s’est effondré à la lecture de la motivation de l’arrêt.

Le débat sur les peines aura lieu lundi à la cour d’assises de Bruxelles. Mehdi Nemmouche risque jusqu’à la perpétuité pour ces faits. Nacer Bendrer encourt, entant que co-auteur, la même peine que l’auteur matériel des faits, soit la réclusion criminelle à perpétuité.

Revivez l’audience de ce jeudi soir

20h22 – Peine

Les discussions autour des peines n’auront finalement pas lieu ce vendredi mais bien ce lundi, annonce la présidente de la cour d’assises.

L’audience est terminée. Mehdi Nemmouche est sorti directement de la salle, alors que Nacer Bendrer est soutenu par ses avocats, avant qu’il quitte le box des accusés.

20h20 – Objectifs

Le jury confirme que Nacer Bendrer savait les objectifs menés par Mehdi Nemmouche, et confirme le caractère terroriste des faits reprochés à Nacer Bendrer et Mehdi Nemmouche.

20h17 – Raisons

Le jury explique que Nacer Bendrer était au courant des raisons pour lesquels Mehdi Nemmouche cherchait à obtenir ces armes, ou du moins a essayé de ne pas savoir ce qu’il voulait en faire. Les jurés estiment que Nacer Bendrer savait également que Mehdi Nemmouche était radicalisé. Et le jury dit que les armes fournies, dont la kalachnikov (une arme de guerre), par Nacer Bendrer “ne pouvaient laisser aucun doute au but de Mehdi Nemmouche”.

20h13 – Co-auteur

Le jury estime notamment qu’un des numéros de téléphone qui appartiendrait à Nacer Bendrer, qui a cessé toute activité entre le 30 mai 2014 et le mois d’août 2014, a été borné près de la gare de bus de Marseille, où Mehdi Nemmouche a été arrêté.

Le jury explique que sans les armes fournies par Nacer Bendrer, l’attentat terroriste n’aurait pas eu lieu de la même manière. “L’obtention des armes par Mehdi Nemmouche auprès de Nacer Bendrer, malgré leur éloignement (Bruxelles > Marseille), confirme l’impossibilité de Mehdi Nemmouche d’obtenir des armes auprès d’autres personnes“, ajoute le jury.

20h07 – Ventes d’armes

“Nacer Bendrer connaît bien les techniques de vente d’armes dans un milieu criminogène”, affirme encore le jury. Il estime que tout lie Nacer Bendrer à Mehdi Nemmouche, notamment le billet de bus de Nemmouche vers Marseille après l’attentat du Musée juif.

Dans le box des accusés, Nacer Bendrer a la tête entre les mains, et tombe de plus en plus vers le sol. Mehdi Nemmouche est lui, comme à son habitude, sans réaction.

20h04 – Téléphonie

Le jury explique que cette “téléphonie de guerre” confirme en tous points les communications entre Mehdi Nemmouche et Nacer Bendrer pour obtenir les armes qui ont mené aux assassinats terroristes du Musée juif. Les jurés estiment que les armes ont été fournies à Mehdi Nemmouche le 29 avril 2014, lorsque les contacts entre les deux hommes se sont arrêtés selon l’enquête.

Le jury estime que seul Nacer Bendrer a fourni les armes à Mehdi Nemmouche. “Les contacts étaient consentis” entre Nemmouche et Bendrer, juge encore le jury.

20h00 – Bruxelles et Marseille

Le jury estime que le départ impromptu de Nacer Bendrer vers Bruxelles, début avril 2014, confirme une suspicion d’une activité illégale. Le jury estime que Bendrer a tenté de caché ses raisons d’aller à Bruxelles et ne croit donc pas à son histoire selon laquelle il venait à Bruxelles pour aller chercher une voiture. “Il est invraisemblable qu’on lui demande de rapatrier un véhicule alors qu’il n’a pas de permis de conduire à ce moment-là”, est-il indiqué dans l’arrêt.

Le jury estime que le voyage de Mehdi Nemmouche à Marseille le 24 avril 2014 a été organisé pour chercher le fusil mitrailleur commandé début avril. Il affirme également que Nacer Bendrer voulait que ce voyage de Mehdi Nemmouche reste secret pour ne pas révéler ces recherches.

19h54 – Nacer Bendrer

L’arrêt de la cour s’intéresse désormais à Nacer Bendrer. Le jury estime que le deuxième accusé à fourni les armes qui ont mené à l’assassinat terroriste des quatre victimes du Musée juif. Les jurés estiment que Mehdi Nemmouche et Nacer Bendrer se connaissaient bien, et que les différentes cartes SIM utilisées par Nacer Bendrer en avril 2014 révèlent “une véritable téléphonie de guerre”. “L’objectif de ces changements incessants est d’éviter le bornage ou l’écoute de ces téléphonies”, estiment les jurés.

Nacer Bendrer, dans le box des accusé, tourne désormais les yeux vers le sol. Me Courtoy, pour sa part, discute de temps en temps avec Mehdi Nemmouche.

19h48 – Assassinats terroristes

Le jury confirme l’assassinat avec préméditation sur les quatre victimes, estimant que le tireur a tiré “à bout touchant” ou “à bout portant” et d’un tir “d’une précision chirurgicale”, sur Emmanuel et Miriam Riva, puis en tuant encore Alexandre Strens et Dominique Sabrier dans le Musée juif.

Ils retiennent le caractère terroriste de ces assassinats, estimant que Mehdi Nemmouche a bien dit vouloir “mettre Bruxelles à feu et à sang”, et revendiqué cet attentat au nom de l’État Islamique en Irak et au Levant. Le jury estime que la communauté juive et l’État belge étaient bien visés par ces assassinats.

19h45 – “Complot et allégations”

Le jury va clairement dans le sens des différents témoins directs ainsi que de la version des procureurs fédéraux : Mehdi Nemmouche est bien l’auteur des faits. Le jury estime que la défense a joué la carte “du complot” et estime ne pas donner “du crédit” à “ces allégations”. “La défense n’a pas mentionné clairement quelles sont les personnes ou les groupes qui avaient intérêt à piéger Mehdi Nemmouche”, dit l’arrêt de la cour.

“Les prétendues zones d’ombre pointées par la défense peuvent toutes s’expliquer”, annonce encore l’arrêt.

19h40 – Même morphologie

Le jury estime que la morphologie du tireur visible sur les caméras de surveillance du Musée juif, le 24 mai 2014, est la même que celle de Mehdi Nemmouche. Il estime également que le tireur a bien touché la porte d’entrée du Musée juif à des endroits où on a pu retrouver l’ADN de Mehdi Nemmouche.

19h37 – Preuves

Le jury estime notamment que tous les éléments retrouvés sur Mehdi Nemmouche lors de son arrestation à Marseille (vêtements, armes, drap avec inscriptions islamistes…) confirment que l’accusé est le tireur. Ils se basent également sur l’enquête des experts, notamment concernant les armes et des fibres capillaires retrouvées sur les armes et dans l’appartement à Molenbeek.

Le jury confirme également que le drap retrouvé sur Mehdi Nemmouche est le même que celui des vidéos de revendication, et que l’ADN retrouvé sur les marqueurs découverts dans l’appartement à Molenbeek est bien celui de Mehdi Nemmouche.

Le jury estime également que les traces de chaussures retrouvées sur les sacs poubelles dans l’appartement à Molenbeek correspondent aux chaussures retrouvées sur Mehdi Nemmouche. Le jury retient également les connexions sur le PC de Mehdi Nemmouche vers le Musée juif, le 23 et le 24 mai. Il retient également les vidéos et photos retrouvées sur la caméra GoPro, et les cartes SD retrouvées dans l’appartement et sur Mehdi Nemmouche.

19h32 – Accusés

La présidente de la cour d’assises lit désormais les motivations des jurés qui ont mené à la culpabilité de Mehdi Nemmouche et Nacer Bendrer, selon eux.

Dans le box des accusés Mehdi Nemmouche et Nacer Bendrer ne bronchent pas, ils gardent leur regard au loin.

19h30 – Bendrer coupable

Outre Mehdi Nemmouche, Nacer Bendrer est déclaré coupable d’être co-auteur de ces quatre assassinats à caractère terroriste, avec préméditation.

19h27 – Mehdi Nemmouche est coupable

Les premières questions commencent : Mehdi Nemmouche est coupable d’assassinats à caractère terroriste et avec préméditation sur les personnes des quatre victimes.

19h25 – Arrêt

La présidente de la cour d’assises va désormais lire l’arrêt motivé, écrit avec le jury. Tous les avocats sont présents pour cette audience importante.

19h21 – L’audience reprend

La cour est arrivée. Les jurés suppléants, les accusés et le juge suppléant peuvent entrer dans la salle. Viendront ensuite les jurés effectif pour le verdict.

17h50 – Questions

Pour rappel, les jurés ont dû répondre à 56 questions, dont 20 sur Mehdi Nemmouche et 36 sur Nacer Bendrer.

Il y a toutefois certaines questions principales, que les jurés doivent absolument répondre, et des questions subsidiaires, qui ne doivent connaître une réponse que si les questions principales sont répondues positivement ou négativement.

Les premières questions concernent les victimes. Pour chaque victime, les jurés devront déterminer si Mehdi Nemmouche est coupable d’homicide volontaire dans un contexte “terroriste” ou d’un homicide volontaire, sans ce contexte “terroriste”. Pour chacune des questions, les jurés devront également répondent s’il y a eu préméditation ou non. Ils devront ensuite déterminer si Nacer Bendrer est coupable d’être co-auteur d’un homicide dans un contexte “terroriste” ou d’un homicide volontaire, sans ce contexte “terroriste”. Pour chacune des questions, les jurés devront également répondent s’il y a eu préméditation ou non. Les jurés devront ensuite répondre aux mêmes questions, mais en qualité de complice.

Les dernières questions, concernant Mehdi Nemmouche et Nacer Bendrer, seront en rapport avec les armes.

17h45 – En attente

Nous apprenons via le parquet de Bruxelles que les avocats ont été rappelés devant la cour d’assises : le verdict devrait donc être rendu à partir de 18h30, au mieux. L’audience reprendra donc ce jeudi soir, avec le verdict des jurés. Les débats sur les peines, si l’un des accusés au moins est condamné, n’auront par contre pas lieu ce soir mais bien, au mieux, ce vendredi.

Grégory Ienco avec Camille Tang Quynh, Nicolas Scheenaerts et Belga – Photo : Belga/Igor Preys

Partager l'article

07 mars 2019 - 20h00
Modifié le 08 mars 2019 - 16h45