Le centre pour femmes exilées Woman’Do récolte de l’argent pour poursuivre ses activités

Affiche Woman'Do Centre planning familial pour exilées

Le centre de planning familial Woman’Do, qui vient en aide aux femmes exilées en Belgique en raison de violences subies, a lancé un crowdfunding pour assurer ses activités. Après une année 2020 difficile, c’est la deuxième fois que cet organisme créé en 2013 recourt à ce mécanisme de financement.

Woman’Do, installé sur la Drève de la Brise à Watermael-Boitsfort, offre un accompagnement psycho-social et médical principalement à des femmes en séjour précaire, arrivées en Belgique à la suite de répressions politiques, de violences sexuelles (mariage imposé ou prostitution forcée, mutilations génitales…) ou encore en raison de leur orientation sexuelle.

Après une année marquée par la crise et les coupes budgétaires, l’ASBL manque cependant de moyens financiers et sa survie est menacée, malgré une participation, sous forme de remboursement de consultations, de Fedasil, l’Agence fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile. Elle a dès lors lancé un premier financement participatif le 30 octobre dernier. “Nous avons pu récolter 11.000 euros en deux semaines et ainsi sauver l’année 2020”, explique Mathilde Légaz, psychologue chez Woman’Do.

L’objectif est à présent de doubler cette somme avant le 18 janvier afin d’offrir un suivi post-traumatique à un plus grand nombre de nouvelles arrivantes. “Nous avons une liste d’attente d’une dizaine de femmes et elle continue de s’allonger”, précise Mathilde Légaz. La plupart des demandes émane des centres d’accueil, qui redirigent les patientes vers l’ASBL, ou découle du bouche-à-oreille entre anciennes et nouvelles patientes. L’association a accompagné 1 000 femmes depuis 2013.

► Les dons pour l’ASBL Woman’Do sont possibles via le compte bancaire BE76 1430 8676 5995 ou sur la page du crowdfunding en lien ici.

Avec Belga – Photo : ASBL Woman’Do

Partager l'article

10 décembre 2020 - 15h31
Modifié le 10 décembre 2020 - 15h31