Sur BX1 TV Maintenant : "Vivre Ici – Le 22h30"

Violences sexuelles : la pérennisation des CPVS, comme celui du CHU Saint-Pierre, passe en commission

La commission de la Santé et de l’Egalité des chances a approuvé mercredi le projet de loi qui “ancre” dans la loi l’existence, le fonctionnement et le financement des Centres de Prise en charge des Violences Sexuelles. Ils sont actuellement au nombre de 10, et le budget est déjà prévu pour trois centres supplémentaires.

Le texte, présenté par la secrétaire d’État à l’égalité des genres, Marie-Colline Leroy (Ecolo), a été soutenu depuis l’opposition par le Vlaams Belang et le PTB, mais la N-VA s’est abstenue.

VOIR AUSSI : L’âge moyen des victimes qui se rendent dans les CPVS est de 24 ans

Avec l’adoption de ce projet de loi, toute l’attention peut désormais se porter sur les centres et leur connaissance par la population, afin que chaque victime de violences sexuelles sache qu’il y a un endroit vers lequel elle peut se tourner“, commente la secrétaire d’Etat dans un communiqué.

VOIR AUSSI : Coup d’envoi de la campagne sur les “Centres de Prise en charge des Violences Sexuelles”

Les premiers CPVS avaient ouverts en 2017 dans le cadre d’un projet-pilote. Le gouvernement actuel a décidé de le développer et de rendre ces structures permanentes. Les victimes de violences sexuelles peuvent s’y rendre pour une prise en charge médicale, psychologique, mais aussi pour un examen médico-légal et pour porter plainte ou être entendues par un policier spécialisé.

Chaque Centre implique en effet un hôpital, la police et le parquet, dans l’idée d’une prise en charge multi-disciplinaire en un seul endroit et “au rythme de la victime“, comme l’a souligné la secrétaire d’Etat en matinée au micro de La Première. Dans un CPVS, une victime peut venir se signaler, tout en décidant de ne porter plainte que plusieurs mois plus tard.

VOIR AUSSI : CHU Saint Pierre : le Centre de prise en charge des violences sexuelles s’agrandit

On ne veut pas que l’on (le prochain gouvernement, NDLR) vienne détricoter ça“, a-t-elle expliqué. “On a démontré que ces centres fonctionnent bien (…) Dès qu’un CPVS ouvre, il est fréquenté très rapidement“. Le nombre de personnes qui se sont tournées vers un tel lieu a en effet fortement augmenté l’an dernier (4.226, contre 3.287 en 2022), en parallèle de l’ouverture progressive des nouveaux centres.

Belga – Photo : Belga