Vingt-cinq suspects arrêtés dans le quartier Nord de Bruxelles pour exploitation sexuelle

Vingt-cinq personnes suspectées de traite des êtres humains ont fait l’objet d’une arrestation judiciaire au cours d’une opération policière menée mercredi dans la capitale, a indiqué le parquet. Au total, la police a perquisitionné 56 adresses dans le cadre de cette enquête qui porte sur le milieu de la prostitution nigériane et ghanéenne à Bruxelles.

Durant cette action, qui a mobilisé la police judiciaire fédérale de Bruxelles, appuyée par la police fédérale et la zone de Bruxelles-Nord, 30 maisons de prostitution du quartier Nord de Bruxelles ont été mises sous scellés et sont sous le coup d’une fermeture judiciaire. Les autres adresses, situées à Bruxelles mais aussi en provinces d’Anvers, de Flandre orientale et de Liège, concernent les domiciles des suspects.

Les forces de l’ordre ont procédé à 25 arrestations judiciaires. Selon l’enquête, trois hommes sont soupçonnés d’avoir fait venir des jeunes femmes du Nigeria pour les livrer à la prostitution dans la capitale belge. “Transitant généralement par la France ou l’Italie, celles-ci se retrouvent pour la plupart en situation précaire et illégale dans notre pays“, relève le parquet de Bruxelles.

Les locataires des bordels sont par ailleurs soupçonnées d’avoir accumulé un avantage économique anormal en sous-louant des vitrines à des prix excessifs aux prostituées“, ajoute le ministère public. Les services de police ont en outre saisi plus de 20.000 euros en liquide au cours de l’opération.

À lire aussi | Quartier Nord : la “Task Force” a arrêté 155 personnes depuis mi-juillet

Belga – Photo : Belga

Partager l'article

27 septembre 2023 - 13h16
Modifié le 27 septembre 2023 - 13h22