Touring remet en cause la suppression de 65.000 places de stationnement à Bruxelles

Touring est opposé en l’état au plan de réduction du nombre de places de stationnement en voirie envisagée par le gouvernement bruxellois à hauteur de 65.000 places  sur les dix prochaines années. L’organisation pointe notamment des données obsolètes concernant le stationnement.

Nous sommes favorables à la réduction du nombre de voitures en ville, mais il faut alors proposer une bonne alternative, ce qui n’est pas le cas pour l’instant. Nous craignons que l’acharnement anti-voitures du gouvernement bruxellois mette en péril la vie économique et le commerce à Bruxelles“, a commenté l’organisation de transports dans un communiqué.

Du côté de la Région, on ne comprend pas cette levée soudaine de boucliers. Certes, une ordonnance de stationnement est en cours de discussion, mais celle-ci vise à mettre en place les politiques de stationnement inscrites dans le plan Good Move et discuté il y a deux ans avec les différents acteurs de la mobilité, dont Touring.

► À lire également : Feu vert à Good Move, le plan de mobilité pour les dix prochaines années à Bruxelles

Le Plan Good Move vise effectivement à supprimer 65.000 places de stationnement sur une période de 10 ans“, nous rapporte la porte-parole du cabinet de la ministre bruxellois de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen). “Cette suppression poursuit deux objectifs principaux : fournir davantage d’espace public aux citoyens tout en rendant le stationnement hors voirie plus attractif”.

Des données obsolètes ?

Mais selon Touring, ce plan repose sur des données obsolètes. Selon l’organisation, il se base sur l’immatriculation de 530.000 véhicules dans la Région alors qu’il y en a 583.993, en comptant les utilitaires légers, et en excluant 36.256 motos qui ont aussi besoin de places de stationnement. Qui plus est, les constatations de la surface disponible pour les véhicules, les cyclistes, les piétons et les transports en commun sont basées sur des chiffres de 2014. Idem pour l’inventaire du nombre de places de stationnement disponibles. “Avec ces chiffres, il est impossible de mener une politique judicieuse“, affirme Touring.

La Région se défend et dit ne pas vouloir entrer dans une guerre des chiffres. “Touring base ces chiffres sur l’immatriculation alors que nous basons notre plan sur le besoin de stationnement. Or, 53% des ménages bruxellois ne possède pas de voiture. Il y a 800.000 places de parkings à Bruxelles dont 600.000 places hors voirie. L’objectif est donc de rendre ces places, sous-utilisées plus accessibles et plus attractives“.

Les ministres bruxellois espèrent accoucher d’un projet d’ordonnance à ce sujet avant l’été.

V.d.T. – Photo : BX1