Sophie Rohonyi est la nouvelle présidente de DéFi

Les militants de DéFI ont élu vendredi soir Sophie Ronhonyi à la présidence de DéFI. Celle-ci a obtenu 79% des voix, face à son challenger, Emmanuel De Bock.

Sophie Rohonyi succède à François De Smet. Celui-ci avait annoncé sa démission au lendemain des élections du 9 juin dernier, qui se sont soldées par une défaite pour la formation amarante.   Agée de 37 ans, Sophie Rohonyi est la deuxième femme élue à la présidence de DéFI, autrefois le FDF, après Antoinette Spaak, présidente de 1977 à 1982.

La députée fédérale sortante remplace François De Smet pour la fin du mandat de 4 ans de celui-ci, jusqu’en décembre 2026.  Pour la présidence wallonne, c’est le Genappois et professeur à l’ULB Baudouin Decharneux qui a été désigné, avec 62% des voix. Celui-ci succède à Daniel Soudant, également démissionnaire au lendemain des élections à l’issue desquelles DéFI n’a pas obtenu d’élu en Région wallonne.  “Je remercie infiniment les membres de DéFI pour leur confiance”, a commenté Sophie Rohonyi disant mesurer “l’immense responsabilité” que ceux-ci lui ont confiée et “l’immense tâche à réaliser. C’est ensemble que nous transformerons la sympathie que beaucoup ont pour notre projet libéral et progressiste en une véritable adhésion”.

Diplômée en droit de l’ULB, Sophie Rohonyi a fourbi ses armes en politique comme assistante parlementaire de l’ex-président Olivier Maingain, alors député fédéral, entre 2014 et 2019. De 2016 à 2019, elle a été présidente de DéFI périphérie. Deuxième sur la liste du parti amarante pour la Chambre dans la circonscription de Bruxelles-capitale, elle est devenue députée fédérale en 2019. Elle n’a pas été réélue le 9 juin dernier. Par ailleurs, la nouvelle présidente a également pris la présidence du Conseil des femmes francophones de Belgique en avril de l’année dernière.

Pour la nouvelle présidente, c’est une nécessité face aux “menaces qui pèsent plus que jamais sur les francophones”.  “Je tâcherai donc avant tout de fédérer toutes les forces vives du parti, pour que DéFI redevienne une force politique incontournable qui redonne foi et espoir en la politique et en l’avenir. Le renouveau, c’est maintenant”, a-t-elle déclaré. De son côté, Baudouin Decharneux s’est engagé à, “mettre tout en œuvre pour maintenir l’union entre nous. Plus que jamais, les idées et les valeurs de DéFI sont nécessaires au sein du paysage politique”, a-t-il ajouté.

■ Reportage de Maël Arnoldussen, Karim Fahim et Paul Bourrières

Belga – Photo: BX1

 

Partager l'article

06 juillet 2024 - 11h06
Modifié le 06 juillet 2024 - 18h41