Le nouveau dispositif de primes énergie autour de Renolution validé par le gouvernement bruxellois

Compteur Facture électricité énergie - Illustration Belga Eric Lalmand

Le gouvernement bruxellois a donné son feu vert, il y a quelques jours, au nouveau régime des primes à l’énergie, “#RENOLUTION”, pour 2023.

Selon le ministre bruxellois de la Transition climatique, Alain Maron, ce régime, en constante augmentation depuis le début de la législature, connaîtra une nouvelle hausse de budget pour atteindre 53 millions d’euros, soit un doublement par rapport à 2019.

Le dispositif 2023 confirme le virage opéré dans le cadre de Renolution, la stratégie bruxelloise de rénovation en profondeur du bâti bruxellois pour en réduire la consommation énergétique et sortir des énergies fossiles. A partir de janvier prochain, il ne sera plus possible de solliciter une prime pour l’installation d’une chaudière gaz à condensation, pourtant encore souvent recommandée par les chauffagistes dans les nombreux anciens immeubles de la capitale dans lesquels les pompes à chaleur, davantage soutenues, n’offrent actuellement pas un rendement suffisant.

Différentes mesures d’accompagnement et de soutien financier (primes, prêt à taux zéro, etc.) sont amplifiées, avec une attention plus forte aux personnes aux revenus les plus bas. Pour ces dernières, les primes Renolution réformées en 2022 visaient déjà une couverture à 50 % des investissements nécessaires dans le logement pour atteindre l’objectif régional.

D’autres primes augmentées

La prime à l’isolation des toitures est globalement augmentée. On estime que quelque 30% des toits de la capitale ne sont pas isolés. Les montants de prime en catégories de revenus moyens et faibles sont augmentés, afin de couvrir en moyenne respectivement 40 et 50% de l’investissement pour ce poste. Les primes à l’isolation des toitures passent de 45 à 55 €/m² en catégorie II (revenus moyens) et de 55 à 75 €/m² en catégorie III (faibles).

La prime pour les pompes à chaleur air-eau est augmentée de 250 euros par ménage pour les trois catégories. Afin de soutenir les pompes à chaleur géothermique, le montant de la prime passe de 4.250 à 5.800 €/logement en catégorie I (revenu de base). On ajoutera 350 € à ce montant en catégorie II et III.

Enfin, pour le secteur non-résidentiel, les montants des primes pour l’installation d’une pompe à chaleur augmentent de 25 à 35 % des investissements éligibles.

Une nouvelle prime

La Région bruxelloise crée une prime pour le raccordement d’un logement ou d’une entreprise à un réseau de chaleur (de 1.000 à 1.500 € par raccordement).

Pour encourager la sortie de la dépendance aux énergies fossiles, comme les deux autres Régions, dès 2023 Bruxelles concentrera le soutien financier sur les systèmes de chauffage bas carbone: pompe à chaleur “air-eau”, géothermie, installations solaires thermiques, réseaux de chaleur, etc.

Enfin, en vue de l’obligation future de disposer d’un certificat PEB, une prime de 150 euros sera accordée pour aider les ménages à bas revenus à le faire réaliser.

Le gouvernement bruxellois prévoit d‘indexer les catégories de revenus bénéficiaires des primes.

 

Belga