Échec à l’échec, un soutien scolaire petit budget avant la rentrée

Échec à l’échec propose des cours de rattrapage scolaire durant les vacances estivales. Les élèves de la 6ᵉ primaire à la 6ᵉ secondaire peuvent ainsi revoir leurs lacunes avant la seconde session d’examens, ou simplement préparer la rentrée.

Organisés par les Jeunesses Scientifiques, ces ateliers de rattrapages se donnent à un rythme spécialisé. Chaque session dure 1 h 15 au lieu des 50 minutes de cours habituellement en vigueur à l’école. Avec des groupes de neuf élèves maximum, différentes matières peuvent être revues de manière adaptée aux difficultés propres à chaque enfant.

Chaque élève travaille dans le fascicule, mais ne travaille pas spécifiquement la même matière. L’un va travailler vraiment les difficultés qu’il a eues en classe et un autre va travailler sur une autre matière. Ce n’est pas un cours que l’on donne à tous les élèves”, explique Stéphanie Callens, professeure.

Un soutien scolaire petit budget face aux inégalités

Face aux difficultés scolaires, les accompagnants doivent s’adapter aux inégalités d’apprentissage : “Ils viennent d’écoles différentes, ils ont eu des cours différents, ils ont vu des choses différentes, de manières différentes… Il faut donc s’adapter et gérer ces différences”, note Sophie Cardon, professeure.

La formule a du succès auprès des élèves, notamment pour son modeste coût. Pour 10 jours de cours, il faut débourser 87 euros.

Cette année, près de 125 élèves se sont inscrits, dont Andréa : “j‘ai appris des choses que je n’avais pas apprises avant. Je trouve cela bénéfique pour les gens qui n’ont pas beaucoup de budget et qui ont besoin de l’aide qu’ils n’ont pas eu pendant l’année”, confie l’élève de 4ᵉ secondaire.

Échec à l’échec promet un taux de réussite de 90%. D’autres centres devraient ouvrir à Bruxelles à partir du 15 août.

► Plus d’informations sur : www.echecalechec.be

■ Reportage de Meryem Laadissi,  Florian Hecht, Thibaut Rommens et Laurence Paciarelli.