Bruxelles : manifestation contre le projet de transfert de prisonniers entre la Belgique et l’Iran

Les manifestants s’opposent plus particulièrement à la possible amnistie de terroristes condamnés l’an dernier en Belgique pour un projet d’attentat en France.

Environ 600 ressortissants iraniens, selon l’estimation de la police de Bruxelles, et jusqu’à 2 000, selon les organisateurs du CNRI (Conseil National de la Résistance iranienne), ont manifesté jeudi matin sur la place Surlet de Chokier à Bruxelles pour protester contre le projet de loi d’assentiment à plusieurs traités, dont celui qui organise la possibilité de transfèrement de prisonniers entre la Belgique et l’Iran.

Ils s’opposent plus particulièrement à la possible amnistie de plusieurs terroristes condamnés, dont le diplomate iranien Assadollah Assadi, qui pourraient alors constituer une monnaie d’échange contre un travailleur humanitaire belge, Olivier Vandecasteele, arrêté en février à Téhéran et emprisonné depuis lors.

Des manifestations de quelques dizaines de personnes ont été régulièrement organisées depuis le début des débats, mais des ressortissants iraniens de l’opposition ont ce jour fait le déplacement depuis d’autres villes de Belgique et des pays limitrophes pour faire valoir plus fortement leur protestation.

La commission des Relations extérieures de la Chambre a approuvé mercredi le rapport de ses travaux concernant le projet de loi d’assentiment sur ce possible transfert de prisonniers entre la Belgique et l’Iran. Le point sera abordé en séance plénière la semaine prochaine.

■ Images de Belga Vidéo/Nicolas Maeterlinck.