Ariane Dierickx, directrice de L’Ilot : “On a tous les indices d’une augmentation du sans-abrisme”

Cette semaine se déroule la semaine du secteur bruxellois de l’aide aux personnes sans-abris, destinée à promouvoir les contacts entre les institutions d’aide à ces personnes précarisées pour mieux lutter contre le sans-abrisme.

À cette occasion, Ariane Dierickx, directrice de l’ASBL L’Ilot, était au micro du 12h30 pour évoquer le travail de son association qui lutte contre le sans-abrisme depuis près de soixante ans, avec l’objectif de faire sortir ces personnes de cette précarité, via notamment des projets sociaux.

Ariane Dierickx est d’abord revenue sur un cas symptomatique des difficultés rencontrées par ces ASBL : la police a tiré sur une personne qui était hébergée dans une maison d’accueil de L’Ilot, après une agression contre la police et le personnel sur place. “Cette personne était hébergée dans un centre à Bruxelles jusqu’au vendredi précédant les faits. Victime de problèmes de santé mentale, elle s’était montrée agressive, d’où la fin de son séjour dans notre maison d’accueil. La personne s’est représentée le lundi matin pour récupérer ses effets personnels, le ton est monté et quand la police a été appelée sur les lieux, il s’est passé cela…”, explique la directrice.

Voir aussi | La police tire sur un homme armé d’un couteau dans le centre de Bruxelles (vidéo)

Elle confirme que les problèmes de santé mentale sont malheureusement courants : “La santé mentale fait partie des problématiques qu’on rencontre de manière très régulière dans notre secteur. Nos équipes de terrain sont habituées à accompagner ces personnes. D’habitude, on n’a pas trop de problème, car notre travail est aussi de réorienter ces personnes vers les soins les mieux adaptés possibles. Mais on est souvent démuni quand on doit faire face à des crises, vu que nous ne sommes pas des spécialistes. Or, la réorientation vers des services spécialisés est aujourd’hui problématique, par manque de solutions dans le secteur. Et la rue fonctionne comme un accélérateur de problèmes de santé mentale. Quand on passe des mois ou des années en rue, cela accélère gravement ces problèmes…”

“Il y a un risque plus important d’une perte de logement”

Comme l’expliquait la semaine dernière le directeur de Bruss’Help François Bertrand dans Le 12h30, le nombre de sans-abris risque encore de croître en raison de la crise des prix de l’énergie et de l’inflation actuelle : “On a tous les indices d’une augmentation du sans-abrisme. (…) Il y a un risque plus important d’une perte de logement vu les crises actuelles”, ajoute Ariane Dierickx.

Voir aussi | Bruss’Help recense les sans-abris et personnes mal logées à Bruxelles : “On n’a jamais eu autant de zones à couvrir” (vidéo)

Face à ces diverses crises, quels sont les besoins urgents de ces associations de lutte contre le sans-abrisme ? “Ils sont malheureusement partout. Les besoins de tous les secteurs avec lesquels nous travaillons sont nombreux. Ces secteurs sont tous en manque de financement et tout le monde souffre donc. Le nombre de personnes perdant leur logement risque d’augmenter et nous risquons nous-mêmes de nous retrouver en difficulté de proposer un accompagnement qualitatif”, explique-t-elle.

Ariane Dierickx estime toutefois qu’il y a des avancées sur le plan politique par rapport à cette lutte : Tant qu’on n’aura pas de solution pour chaque personne dans la rue, il faudra toujours faire plus. Mais je trouve qu’il y a une vraie prise de conscience politique dans le fait qu’il faut passer par la case logement et réinvestir dans le logement pour mettre fin au sans-abrisme. Cela reste insuffisant vu l’ampleur du phénomène qui risque de grandir. Mais je sais les difficultés de créer ces logements. Ce n’est pas une solution qui se construit du jour au lendemain, mais c’est nécessaire”.

Notre dossier complet sur la hausse des prix de l’énergie et l’inflation

Parmi les solutions proposées, L’Ilot met notamment en place des CCL, des “Créations de Captation de Logements” : “Une cellule régionale accompagne des investisseurs privés qui sont intéressés à investir dans l’abri et qui souhaitent que leur investissement serve aussi une cause sociale. C’est plus difficile que par le passé de trouver des investisseurs privés, vu les multiples crises qui se succèdent. On ne perd toutefois pas espoir”, conclut la directrice de l’ASBL.

■ Interview d’Ariane Dierickx, directrice de L’Ilot, dans Le 12h30 par Murielle Berck et Jim Moskovics

Gr.I. – Photo : BX1