Après les inondations, des jeunes d’Anderlecht étaient à Verviers pour aider les sinistrés

Ils seront également de retour en nombre ce dimanche.

Ce vendredi après-midi, au coeur des décombres suite aux inondations qui ont dévasté le centre-ville de Verviers, cinq jeunes anderlechtois étaient sur le pont. Ces membres du Centre de Jeunes d’Anderlecht avaient décidé de rassembler du matériel pour les sinistrés, puis de rejoindre Verviers pour leur prêter main forte.

Notre centre s’est mobilisé directement : le soir-même, on s’est demandé ce qu’on pouvait faire. Et la première chose, c’était de récolter des kits hygiène pour pouvoir au moins se brosser les dents, se laver. On a fait des récoltes de dons, et on a constitué le maximum de kits. Puis on s’est demandé si on pouvait aller sur place, puisqu’on a vu que la décrue n’était pas encore totale. On est quand même parti“, nous explique Fouad El Abbouti, bénévole responsable du CDJ, “Notre contact sur place nous avait dit qu’on devait absolument prendre avec soi le nécessaire de nettoyage, des raclettes, etc car il n’y a plus rien sur place

Des scènes de désolation

Et ce sont des scènes de désolation auxquelles ces Anderlechtois ont été confrontés : “Les gens étaient dans un état déplorable. On a donc déblayé, on a raclé, on a retiré des meubles. Tout est perdu : on est rentré chez une dame où il n’y avait plus rien, on a du tout déblayer, et tout est dans la rue. Plus un vêtement, plus une brosse à dent, plus de quoi cuisiner. Et aussi plus d’électricité, plus d’eau potable, plus de gaz“, indique le responsable.

Une impression d’anarchie, on voyait des voitures retournées. On a pu aider quelques restaurateurs qui étaient dans des situations difficiles, sans électricité“, témoigne également Bilal, l’un des jeunes présents sur place.

Quant à la solidarité sur place, “elle est montrueuse, se réjouit Fouad El Abbouti, “il y a des gens qui donnent à manger, d’autres qui donnent de l’eau“. Mais sans électricité, et sans groupe électrogène, impossible de faire fonctionner notamment les pompes et les karchers. “On lance cet appel : s’il y a des personnes qui ont des groupes électrogènes, allez sur place pour pomper l’eau. Sans électricité, c’est la catastrophe“.

De retour ce dimanche

Cette première après-midi à Verviers fût une sorte de repérage pour les équipes du Centre de Jeunes d’Anderlecht. En effet, ce dimanche, c’est tout un mini-bus qui prendra la route direction Verviers, pour aider les habitants sinistrés, en compagnie d’autres asbl bruxelloises.

Vendredi, on s’est rendu compte de ce qu’il fallait sur place, on prépare tout ce samedi et demain on part en mini-bus au même endroit, et on continuera à aider ces personnes dans le besoin“, explique Fouad El Abbouti.

 

■ Interview de Fouad El Abbouti réalisée par Arnaud Bruckner

Partager l'article

17 juillet 2021 - 14h31
Modifié le 18 juillet 2021 - 11h41