La Ville de Bruxelles présente un budget pour 2023 à l’équilibre, l’opposition reste inquiète

La Ville de Bruxelles renouera avec l’équilibre budgétaire en 2023 , ont annoncé vendredi le bourgmestre Philippe Close (PS) et les échevins chefs de file des différentes composantes de la majorité (Ecolo/Groen; DéFI, change.brussels-Vooruit)

Après des années difficiles, impactées par les crises successives – une pandémie, une hausse vertigineuse des prix de l’énergie, une inflation jamais connue depuis 40 ans – le collège de la Ville est parvenu à maîtriser les répercussions financières des crises sur le budget communal“, a annoncé d’emblée le bourgmestre Pilippe Close lors de la présentation à la presse des projets de budgets ordinaire et extraordinaire pour l’année à venir.  Plus précisément, le résultat budgétaire 2023 affiche un léger boni de 77.858,55€ sur un total d’un peu plus d’1,14 milliard d’euros. Contrairement à l’année dernière où le budget avait été fixé en avril, le budget sera présenté au conseil communal, lundi prochain, soit avant le commencement de l’année budgétaire.

L’équilibre a été atteint en prenant pour référence l’année 2021, plus austère en termes de dépenses de fonctionnement, et sans toucher aux additionnels à l’IPP et au précompte immobilier qui demeure inchangé depuis 20 ans. La taxe ancienne sur les espaces de danse disparaît; une autre sur le co-living apparaît, mais l’ensemble des autres demeurent inchangées.  Selon le bourgmestre, en charge des Finances communales, les arbitrages budgétaires ont été opérés au niveau de toutes les catégories de dépenses afin d’aboutir à ce résultat. Cela n’empêchera pas la Ville de continuer à investir dans les infrastructures de proximité: le budget extraordinaire a été fixé à 212 millions d’euros.

L’opposition reste inquiète

L’opposition MR et les Engagés ne partage pas le message positif livré par la majorité de la Ville de Bruxelles concernant l’exercice budgétaire 2023 annoncé à l’équilibre, vendredi matin. Elle redoute les conséquences à terme, pour la population, du gonflement de l’endettement. Pour le chef du groupe MR, David Weytsman, on assiste une triple hausse des dépenses: de la dette publique, de la fiscalité et des frais de fonctionnement. Pour Bianca Debaets (CD&V), il est important de réaliser des investissements utiles tels que le nouveau bâtiment administratif Brucity, mais il est aussi fondamental de ne pas creuser davantage le trou de la dette. Mathias Vanden Borre (N-VA) s’est réjoui du renoncement à la taxe “parasitaire” sur les espaces réservés à la danse dans l’horeca (40 centimes par personne qui danse par nuit), qui ne rapportait presque rien à la Ville. Mais il reste, à ses yeux, d’autres taxes désuètes à supprimer, comme celle sur le passage à la morgue.

Belga

Partager l'article

16 décembre 2022 - 12h33
Modifié le 16 décembre 2022 - 15h42