Climat : le chef indigène Raoni a marché avec les jeunes

Dix-neuvième marche pour le climat ce vendredi, organisée par Youth For Climate. Particularité cette fois si, le chef indien Raoni s’est exprimé face aux 650 jeunes participants.

“Votre combat est le nôtre”, s’est exclamé face aux jeunes militants pour le climat le chef indigène Raoni, qui lutte depuis des décennies pour protéger la forêt amazonienne au Brésil. Il était l’invité d’honneur ce vendredi de la 19e marche pour le climat organisée par Youth For Climate, à Bruxelles.

“Je suis venu parce que je suis très préoccupé par la destruction de la forêt, des arbres et des animaux. Je viens vous demander votre soutien pour la protection de la forêt”, a déclaré l’octogénaire brésilien sur l’esplanade face à la Gare centrale, d’où est parti le cortège peu avant 11h30. “Nous sommes les mêmes que vous, nous devons penser ensemble, chercher des solutions”, a-t-il ajouté, affirmant qu’au Brésil “on est en train de tuer les indigènes”. Dans la foule, quelques centaines de jeunes et moins jeunes l’écoutaient religieusement, soulignant la convergence des luttes.

Âgé de 87 ans, Raoni Metuktire appartient au peuple Kayapo. C’est en 1954 qu’a eu lieu la première rencontre entre Raoni, les membres de sa tribu et des Occidentaux. Après un documentaire sur la déforestation de sa région en 1978, avec Marlon Brando comme narrateur, et une rencontre avec Sting en 1987, Raoni Metuktire s’est fait un nom et a commencé son combat contre la déforestation de l’Amazonie. Le chef indigène est actuellement en voyage en Europe pour défendre sa lutte. L’homme veut convaincre les leaders européens que notre manière de vivre et notre politique doivent changer. L’activiste était donc présent à Bruxelles vendredi à l’occasion de la marche pour le climat.

Parmi les autres manifestants, le dessinateur Philippe Geluck brandissait une pancarte sur laquelle on pouvait lire: “Un million d’espèces menacées par une espèce… de con”, faisant référence au déclin alarmant de la biodiversité. “Les cons, c’est nous. Nous sommes la seule espèce capable d’anticiper la chute des autres et la nôtre. Nous avons la responsabilité de changer les choses”, explique le père du “Chat”, présent sur de nombreuses pancartes ce vendredi. Selon le comptage officiel de la police, quelque 350 personnes ont participé à la marche, qui devait prendre fin à la gare du Midi.

650 personnes pour cette 18e marche

Quelque 650 personnes ont participé vendredi à la 19e marche pour le climat organisée par Youth For Climate à Bruxelles, selon des chiffres actualisés de la police. Un premier bilan avait fait état de 350 participants.

La dernière marche pour le climat sera organisée le 24 mai, deux jours avant les élections. Il s’agit à nouveau d’une grève mondiale pour le climat, à laquelle tout un chacun est invité à participer.

Nous nous concentrerons ensuite sur nos examens et nous les réussirons“, a affirmé Anuna De Wever, figure emblématique de Youth For Climate. “Parce qu’après, il faudra revenir“, a-t-elle conclu.

Avec Belga

Reportage de Adeline Bauwin et Yannick Vangansbeek

Partager l'article

17 mai 2019 - 17h30